•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sleiman El-Merhebi libéré en mai

Radio-Canada

Le jeune homme condamné pour l'incendie de l'école Talmud Torah sera libéré en mai 2006 après avoir purgé les deux tiers de sa peine. Sa mère devra toutefois se présenter en cour pour répondre à une accusation de complicité après les faits.

Le jeune Sleiman El-Merhebi, qui avait été condamné à 40 mois de prison en 2004 pour avoir allumé un incendie dans une école juive de l'ouest de Montréal, sera libéré en mai prochain. M. El-Merhebi, musulman et d'origine libanaise, avait décidé de s'attaquer à l'école juive à la suite de l'assassinat du cheikh Ahmed Yasine, un leader palestinien.

M. El-Merhebi, âgé de 20 ans, sera libéré après avoir purgé les deux tiers de sa peine, les huit mois séparant son arrestation de sa condamnation, le 18 janvier 2005, étant comptés en double. Le juge Jean Sirois, de la Cour du Québec, lui a donné une peine de 40 mois de prison parce qu'il a considéré le geste de M. El-Merhebi comme terroriste et haineux. Le jeune homme encourait une peine pouvant aller jusqu'à 14 ans de prison.

M. El-Merhebi avait mis le feu à la bibliothèque de l'école Talmud Torah en utilisant du kérosène, qu'il avait acheté dans un magasin où il travaillait, pour en faire un cocktail Molotov. M. El-Merhebi avait même signé son crime en laissant un tract au nom des « Brigades du Cheikh Ahmed Yasine ». Ce dernier, un leader du Hamas palestinien, avait été assassiné par l'armée israélienne.

M. El-Merhebi avait même planifié quitter le pays après son crime, une opération à laquelle sa mère, Rouba Elmerhebi Fahd, aurait participé. Elle devra d'ailleurs faire face à la justice le 15 mai prochain pour répondre à une accusation de complicité après les faits. La dame de 37 ans aurait tenté d'organiser la fuite de son fils vers le Brésil.

La Commission nationale des libérations conditionnelles a rejeté deux demandes de remise en liberté présentées par M. El-Merhebi en 2005.

Par ailleurs, une autre école juive a dû évacuer ses 500 élèves, jeudi, après un appel à la bombe. Une enquête policière est en cours pour éclaircir l'incident qui a secoué l'école du quartier Côte-des-Neiges.