•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le prix du pétrole s'envole

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La crise avec l'Iran, les troubles au Nigeria et la dernière sortie de Ben Laden font craindre une nouvelle envolée du prix de l'or noir. À New York, le prix du brut dépasse les 67 $US.

Comme prévu par des spécialistes depuis plusieurs semaines, le prix du pétrole ne cesse d'augmenter. Il a en effet atteint 67,85 $US vendredi, et la tendance est à la hausse.

Mais pourquoi le prix de l'or noir s'emballe-t-il?

Selon les spécialistes, le dossier du nucléaire iranien, qui envenime les relations entre l'Iran et les Occidentaux, est un facteur majeur dans la hausse des prix du pétrole.

En effet, des sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU contre l'Iran conduiront à l'interruption de l'exportation de pétrole de ce pays, qui est le quatrième producteur mondial. L'Iran exporte 2,4 millions de barils par jour.

« En cas de sanctions, aussi bien l'Iran que les autres pays en souffriront, mais les dommages seront plus élevés pour eux, car l'une des conséquences sera le déclenchement d'une crise dans le secteur pétrolier et en particulier une hausse des prix », a déclaré le ministre iranien de l'Économie, Davoud Danesh Jafari.

Cette déclaration du ministre iranien sonne comme un fait accompli. Le vice-président américain, Dick Cheney a confirmé, en quelque sorte, les propos du ministre iranien. « Qu'il y ait un pic sur les cours du pétrole, s'il y a une sorte de crise avec l'Iran, c'est entièrement possible » a déclaré Dick Cheney à la chaîne américaine CNBC.

Mais le vice-président américain préfère affronter une crise pétrolière que de voir le président iranien posséder l'arme atomique. Ce qui serait une « crise majeure », selon M.Cheney.

Ben Laden entre en scène

Par ailleurs, les Iraniens proposent à l'Organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP) de réduire sa production d'un million de barils par jour à partir d'avril.

Une telle réduction conduirait inévitablement à une hausse supplémentaire du prix du pétrole, d'autant que les besoins mondiaux en énergie vont augmenter.

Selon l'OPEP, la demande mondiale de brut va progresser de 1,9 % en 2006, à 84,8 millions de barils par jour.

L'autre facteur favorisant la hausse du prix du pétrole est la crise que vit le Nigeria depuis plusieurs semaines. Des rebelles ont attaqué plusieurs installations pétrolières et ont pris en otages des employés étrangers de la pétrolière Shell. Ce qui a conduit l'entreprise à réduire sa production dans ce pays de plus de 200 000 barils par jour.

Enfin, la diffusion jeudi d'un message audio d'Oussama ben Laden fait craindre de nouvelles attaques contre les États-Unis, qui auront un effet certain sur le cours du pétrole.

« Personne ne veut vendre dans ce contexte [du pétrole] », souligne un spécialiste.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.