•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'exercice pour retarder la démence

Radio-Canada

Des chercheurs américains soutiennent que les personnes âgées qui font de l'exercice au moins trois fois par semaine retardent le début de la maladie d'Alzheimer et de toute autre forme de démence sénile.

Rester actif participe au maintien d'un cerveau en forme.

C'est le constat que viennent confirmer les travaux de chercheurs américains qui affirment que les personnes âgées qui font de l'exercice au moins trois fois par semaine retarderaient le début de la maladie d'Alzheimer ou de quelque autre forme de démence.

En fait, les chercheurs de l'université de Washington ont découvert que les gens en bonne santé qui disaient faire de l'exercice régulièrement présentaient un risque de développer une démence de 30 à 40 % inférieur aux autres.

Les travaux ne précisent pas quelle activité est la meilleure.

Un début d'explication

Les chercheurs pensent que l'activité physique peut diminuer le taux cérébral d'amyloïde, une protéine en forme de bâtonnet qui bouche le cerveau des patients atteints de la maladie d'Alzheimer.

Menée de 1994 à 2003, l'étude concerne 1740 personnes âgées de 65 ans et plus, qui ne montraient aucun signe de démence au début de l'étude. Leur santé était évaluée tous les deux ans pendant six ans.

Au total, 1185 personnes étaient indemnes de démence, soit 77% de ceux qui disaient avoir pratiqué de l'exercice au moins trois fois par semaine, et 158 personnes présentaient des signes de démence. Les autres sont morts ou sortis de l'étude.