•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réductions sur les produits européens

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

En raison de la dévaluation de l'euro, la Société des alcools du Manitoba réduit le prix de la plupart des produits qu'elle achète des Européens.

En raison de la dévaluation de l'euro, la Société des alcools du Manitoba (SAM) réduit le prix de la plupart des produits qu'elle achète des Européens.

Il y a quelques mois, la Société des alcools a dû s'expliquer sur le prix de vente de ses produits, car le taux dit standard qu'elle utilise pour le calcul de ses prix de détail était surévalué par rapport à la valeur réelle de la devise.

Ainsi, le 9 janvier, le taux de change de la SAM a été révisé à la baisse. Il est maintenant de 1,36 $.

La société ne révise que trois ou quatre fois par année son taux de change pour l'euro. En juillet 2005, la SAM l'évaluait à 1,63 $, alors que cette devise ne valait que 1,48 $, une différence de 10 %.

Pour la même raison, au Québec, la Société des alcools (SAQ) a annoncé cette semaine qu'elle réduisait de 8 % en moyenne le prix de 590 produits. Afin de l'arrimer à la baisse de la valeur de l'euro, la SAQ a dû ramener à 1,39 $ le taux de change fixé à 1,63 $.

Baisses variables

Toutefois, les aubaines dont peuvent profiter les Manitobains ne s'appliquent pas dans la même proportion à tous les produits. Par exemple, un Bollinger haut de gamme coûte 10 $ de moins, tandis qu'une Holstein, une bière allemande, n'a été réduite que de 15 cents.

La Société des alcools du Manitoba dit qu'elle ne peut concurrencer avec les réductions offertes par la SAQ, notamment à cause des frais de transport, dit-elle, qui sont moins élevés au Québec.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.