•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

DaimlerChrysler veut se départir de la Smart

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2006 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le constructeur automobile charge la banque d'affaires Goldman Sachs d'étudier d'éventuelles offres de reprise pour sa branche déficitaire spécialisée dans les petites voitures.

Le constructeur automobile DaimlerChrysler a demandé à la banque d'affaires américaine Goldman Sachs de filtrer les offres de reprise potentielles pour sa filiale de petites voitures Smart.

C'est ce qu'a rapport le Financial Times dans son édition de lundi.

Dans une entrevue accordée au quotidien économique, le nouveau président du groupe, Dieter Zetsche, précise qu'il pourrait s'agir d'offre de rachat de la filiale ou de coopérations.

Il ajoute que le but de DaimlerChrysler est de rendre la Smart rentable dès 2007.

Spécialisée dans les petites voitures de ville, Smart n'a jamais fait de bénéfices. Elle a même enregistré 850 millions de dollars de pertes en 2004.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.