•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alexander Maltsev: la peur au ventre

Radio-Canada

Les souvenirs de Maltsev sont nettement moins beaux quand il parle du match suivant face aux Flyers de Philadelphie. « Ce fut notre seule défaite de la tournée, mais cette rencontre n'avait rien à voir avec le hockey ».

Alexander Maltsev ressentait une grande fierté d'avoir été retenu pour disputer cette série de matchs en sol nord-américain aux côtés de son ami Vasyliev.

« C'était un grand honneur que de défendre les couleurs du CSKA (Armée rouge). Tous les matchs étaient relevés, mais celui à Montréal reste spécial en raison du comportement de gentleman observé tout au long de ce grand duel », se rappelle Maltsev.

« Ce ne fut pas un match facile pour nous. Nous étions un ou deux buts en arrière pendant tout le match. Il fallait rester prudent pour éviter que le Canadien puisse creuser l'écart. Ça a pris fin sur un résultat nul, mais je me souviens que Popov s'était faufilé entre deux défenseurs vers la fin de la troisième période. Son tir s'était arrêté sur le poteau. »

Pour Maltsev, Guy Lafleur se comportait en grand leader. « Il y avait de grands joueurs dans les deux équipes. Il n'y a pas eu de coups salauds et presque pas de pénalités. Nous avions été surpris d'affronter une équipe qui pratiquait un style scientifique plus près du nôtre. Les défenseurs du Canadien possédaient de meilleurs tirs que nos arrières, un aspect du jeu qu'il nous manquait à l'époque. »

Contrôle

Maltsev se souvient du Canadien de Montréal comme d'une équipe qui générait beaucoup d'attaque et qui aimait contrôler la rondelle. « Ils lançaient très souvent. Ils nous ont dominé de ce point de vue, mais c'est le résultat final qui compte.

Les souvenirs de Maltsev sont nettement moins beaux quand il parle du match suivant face aux Flyers de Philadelphie. « Ce fut notre seule défaite de la tournée, mais cette rencontre n'avait rien à voir avec le hockey. Les Flyers étaient prêts à tout pour gagner et ils l'ont fait ».

« Dès la séance d'échauffement, les joueurs passaient près de nous pour nous toucher ou nous bousculer. La première minute de jeu a été tellement violente, nous n'avions jamais rien vu de tel, même pas de la part des Tchèques qui nous détestaient tellement. »

Maltsev parle de coups sournois donnés quand l'arbitre avait le dos tourné. « Dave Schultz voulait se battre avec tout le monde. Après la blessure subie par Kharlamov, nous avons quitté la patinoire. Nous ne voulions pas continuer, mais on nous a fait comprendre (Alan Eagleson en tête) que nous n'avions pas le choix. Le coeur n'y était plus. »

Maltsev n'oubliera pas non plus que la police avait dû escorter l'autobus qui ramenait les Russes à l'aéroport, pour éviter un débordement de la part de la foule hostile.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.