•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'or noir triomphe

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2005 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Avec ses mines et son pétrole, Terre-Neuve-et-Labrador pourrait damer le pion à l'Ouest canadien en 2006, au chapitre de la croissance, selon les prévisionnistes de la Banque de Montréal.

Si l'Ouest canadien maintient son leadership au plan de la croissance économique, l'année 2006 réserve malgré tout une surprise avec la montée en grade de Terre-Neuve-et-Labrador.

Selon les prévisions des analystes de la Banque de Montréal, les importants projets miniers et pétroliers de cette province, enfin arrivés à maturité, laissent entrevoir une croissance de plus de 5,2 % du produit intérieur brut (PIB). L'Alberta, véritable locomotive de l'économie des provinces de l'Ouest grâce à ses ressources pétrolières, ne devrait pas de son côté dépasser les 4,8 %.

Pour sa part, la Colombie-Britannique peut espérer une croissance de 4 %, en raison d'un boom dans la construction attribuable en partie aux préparatifs entourant les olympiques d'hiver de 2010.

Il demeure que le centre de gravité de l'économie canadienne ne cesse de se déplacer vers le Pacifique depuis quelques années, laissant dans son sillage le Québec et l'Ontario qui enregistreront des performances respectives de 2,7 % et de 3,1 % de leur PIB. La croissance québécoise en 2005 s'est chiffrée à 2,2 %.

Pour l'ensemble du pays, les économistes de la Banque de Montréal prévoient une progression de 3,5 % du produit intérieur brut (PIB). Les provinces des Maritimes doivent de leur côté s'attendre à une croissance inférieure à cette moyenne.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.