•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'inoubliable 31 décembre 1975

Radio-Canada

Ceux qui y étaient, ceux qui ont vu ce match en parlent encore comme le plus grand duel de l'histoire du hockey. La rencontre qui a opposé l'Armée rouge de l'Union soviétique au Canadien de Montréal, le 31 décembre 1975, fait encore jaser 30 ans plus tard.

Le Tricolore, alors dirigé par Scotty Bowman, est en voie de devenir l'équipe des années 70 dans la Ligue nationale. Déjà couronné champion en 1971 et 1973, Montréal s'apprête à vivre une séquence de quatre conquêtes de la coupe Stanley d'affilée. En cette veille du Jour de l'An, le Canadien va relever un défi gigantesque.

Trois jours plus tôt, les Soviétiques ont aisément vaincu les Rangers de New York 7 à 3. Même avec 1 but et 2 aides, les efforts de Phil Esposito n'ont pas suffi. Vladimir Petrov avait fait mieux en dirigeant l'attaque des siens avec 2 buts et 2 passes. Viacheslav Tretiak avait cédé 3 fois sur un total de 41 tirs.

Bon départ

Un peu à l'image d'Équipe Canada 72, le Canadien a connu un excellent début de match. En moins de 8 minutes, Steve Shutt et Yvon Lambert avaient procuré une avance de 2 à 0 qui allait tenir jusque tôt en 2e période.

Sur le 5e tir de l'Armée rouge, le capitaine Boris Mikhaïlov réduisait l'écart à un but. À mi-chemin dans la période médiane, Yvan Cournoyer complétait une stratégie de Lafleur et Lemaire pour redonner deux buts d'avance au Canadien.

Mais avant de rentrer au vestiaire, le très rapide Valery Kharlamov se moquait de la défensive pour parvenir seul devant Dryden et le déjouer habilement. Le grand Ken avait déjà mieux paru.

Après le but égalisateur de Boris Alexandrov inscrit tôt en 3e, les deux équipes ont multiplié les beaux jeux de passes sans parvenir à dénouer l'impasse. Cournoyer et Tretiak, auteur de 35 arrêts, étaient choisis joueur par excellence de leur camp respectif. Aux yeux de l'entraîneur Viktor Tikhonov, Bob Gainey est cependant le joueur le plus complet au monde.

Depuis, l'un des plus grands matchs de l'histoire n'a pas fait de vainqueur mais continue d'alimenter les discussions dans les salons et les bars trois décennies plus tard.

SOMMAIRE

Première période

Montréal: Steve Shutt (Peter Mahovlich), 3:16
Montréal: Yvon Lambert (Doug Risebrough, Serge Savard), 7:25
Punitions - Murray Wilson, 0:38; Valery Vasilyev, 4:43; Yvan Cournoyer, 16:33; Viktor Zhluktov, 19:45.

Deuxième période

Armée rouge: Boris Mikhaïlov (Valery Vasilyev), 3:54
Montréal: Yvan Cournoyer (Guy Lafleur, Jacques Lemaire), 9:39
Armée rouge: Valery Kharlamov (Vladimir Petrov, Boris Mikhaïlov) 16:21
Punitions - Vyacheslav Solodukhin, 7:38; Alexander Gusev, 8:23; Serge Savard, 9:52

Troisième période

Armée rouge: Boris Alexandrov (Viktor Zhluktov, Gennady Tsygangov) 4:04
Punitions - Valery Vasilyev, 0:27

Tirs

Armée rouge: 4 - 3 - 6 - 13
Montréal: 11 - 11 - 16 - 38

Armée Rouge: Vladislav Tretiak; Valery Vasiliev - Alexander Gusev, Vladimir Lutchenko - Gennady Tsygankov, Viktor Kuzkin - Alexei Volchenkov, Boris Mikhaïlov - Vladimir Petrov - Valery Kharlamov, Vladimir Vikulov - Viktor Zhluktov - Boris Alexandrov, Alexander Popov - Vyacheslav Solodukhin - Alexander Maltsev.

Canadien: Ken Dryden; John Van Boxmeer - Guy Lapointe, Serge Savard - Larry Robinson, Don Awrey - Pierre Bouchard, Jim Roberts - Doug Risebrough - Guy Lafleur, Yvon Lambert - Mario Tremblay - Jacques Lemaire, Yvan Cournoyer - Murray Wilson - Peter Mahovlich, Steve Shutt - Bob Gainey - Doug Jarvis.

Autres matchs de la Super Série

28/12/75 - Armée rouge 7 - Rangers de NY 3
08/01/76 - Armée rouge 5 - Boston 2
11/01/76 - Armée rouge 1 - Philadelphie 4

29/12/75 - Ailes du Soviet 7 - Pittsburgh 4
04/01/76 - Ailes du Soviet 6 - Buffalo 12
07/01/76 - Ailes du Soviet 4 - Chicago 2
10/01/76 - Ailes du Soviet 2 - Islanders 1

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.