•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle épreuve pour la famille Boisvenu

Radio-Canada

Trois ans et demi après l'assassinat de Julie Boisvenu, la cadette de la famille, Isabelle, trouve la mort dans un accident de la route en Outaouais.

Le malheur s'acharne sur la famille Boisvenu. Trois ans et demi après l'assassinat de Julie, voilà que la cadette de la famille, Isabelle, est morte jeudi dans un accident de la route.

La jeune femme de 26 a perdu la maîtrise de sa voiture avant de heurter un véhicule qui venait en sens inverse, dans la réserve faunique La Vérendrye, en Outaouais. Elle allait rejoindre sa mère et son grand-père en Abitibi.

Son passager, un jeune homme de 19 ans, repose dans un état critique à l'hôpital Sacré-Coeur, à Montréal. Le conducteur de l'autre véhicule a été grièvement blessé, mais on ne craint pas pour sa vie. L'accident aurait été causé par la chaussée enneigée.

Isabelle Boisvenu était très active au sein de l'Association des familles de personnes assassinées ou disparues (AFPAD), fondée par son père, Pierre-Hugues, à la suite du meurtre de Julie Boisvenu.

Le décès de la jeune femme sème une onde de choc à Sherbrooke, où la famille est bien connue, la tragédie qu'elle a vécue après la mort de Julie ayant propulsé la famille au coeur de l'actualité.

M. Boisvenu est non seulement actif au sein de son association, mais également sur la scène municipale, dans le dossier sur la sécurité au centre-ville de Sherbrooke.

« Adieu ma grande »

Malgré la douleur, M. Boisvenu a accepté de rencontrer les médias vendredi en fin d'avant-midi, en compagnie du seul enfant qui lui reste, son fil Christian.

Sans refouler ses larmes, et après avoir remercié tous ceux qui lui font parvenir des messages de sympathies, il a témoigné avec dignité de sa douleur et a rappelé le souvenir d'Isabelle.

« Perdre une fille c'est terrible, deux, c'est un vol qualifié », a-t-il laissé tomber. « Mes filles étaient deux rayons de soleil. Depuis le départ de Julie, Isabelle rayonnait simplement plus ».

M. Boisvenu a aussi raconté une partie de la conversation qu'il a eue avec sa femme, Diane, jeudi soir. « Diane m'a dit: "Isabelle est avec Julie". Je lui ai dit que j'aurais préféré qu'elles soient avec nous. »

Il a évoqué le souvenir d'une jeune femme qui avait entrepris une brillante carrière de comptable au sein de la firme Raymond, Chabot, Grant, Thornton, qui était pleine de vie, qui aimait les gens, et qui pensait beaucoup aux autres.

M. Boisvenu a rappelé qu'Isabelle était très active au sein de l'AFPAD. En pensant aux gens qui vivent des épreuves de ce genre dans la solitude, il a affirmé que cette nouvelle épreuve l'aidera à travailler de façon encore plus convaincante et convaincue au sein de l'Association. Il a d'ailleurs invité la population à faire des dons.

Le ministre de la Justice offre ses condoléances

Le ministre de la Justice du Québec, Yvon Marcoux, lui a d'ailleurs décerné le Prix de la Justice, cet automne, pour son engagement public.

Lui-même père de quatre enfants, M. Marcoux se dit accablé par le drame de la famille, qu'il connaît bien pour l'avoir rencontrée à plusieurs reprises.

Le ministre dit qu'il ne peut qu'imaginer la douleur que vivent les Boisvenu, à qui il tient à transmettre ses condoléances.

Les dons à l'AFPAD peuvent être envoyés à l'adresse suivante: AFPAD, Case postale 333, Sherbrooke (Québec) J1H 5J1.