•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada est furieux

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2005 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement libéral de Paul Martin craint qu'un projet de forage pétrolier en plein coeur d'une réserve naturelle de l'Alaska n'ait un impact négatif sur le Canada.

Ottawa tente actuellement de convaincre les élus américains de bloquer un très controversé projet de loi qui, s'il est adopté, va autoriser le forage pétrolier dans une réserve naturelle de l'Alaska.

Le gouvernement Martin a donc donné à ses représentants aux États-Unis le mandat de faire tout ce qui est possible pour que le projet de loi ne franchisse pas l'étape du Sénat. Le Canada redoute l'impact des forages sur la migration d'un immense troupeau de caribous dont dépend un peuple autochtone du Yukon.

Aux États-Unis, le projet de loi soulève les passions et annonce une épreuve de force au Capitole entre républicains et démocrates.

Lundi, le projet de forage, glissé à même un vaste projet de loi de financement d'urgence des opérations militaires en Irak et des mesures d'aides aux victimes des ouragans, a été approuvé par la Chambre des représentants à 308 voix contre 106.

Pour les sénateurs démocrates, la décision d'inclure le forage en Alaska à l'intérieur d'un projet de loi plus vaste est un réel abus de pouvoir de l'administration Bush qui fait, comme l'explique le sénateur Lautenberg du New Jersey, « un cadeau de Noël à l'industrie pétrolière. »

Les républicains ont en effet jugé bon d'inclure la question du forage en Alaska à l'intérieur d'un projet de loi qui prévoit un accroissement du financement des opérations militaires en Irak, des mesures pour combattre une éventuelle pandémie de grippe aviaire et des mesures d'urgence pour venir en aide aux victimes de l'ouragan Katrina.

Une inclusion tout à fait normale pour le sénateur de l'Alaska, Ted Stevens, un républicain qui soutient depuis des années que « le pétrole est lié à la sécurité nationale ».

Le projet de loi, s'il est adopté, forcera les compagnies pétrolières à verser à l'Alaska la moitié des droits de forages, évalués à 10 milliards de dollars américains. L'autre moitié ira à Washington.

Les nombreux opposants au projet estiment que le forage dans la réserve naturelle de l'Alaska permettra aux États-Unis d'y extraire jusqu'à 10,4 milliards de barils de pétrole, soit tout juste 16 mois de consommation américaine.

Nombre de sénateurs démocrates affirment qu'en resserrant tout simplement les normes environnementales pour les véhicules utilitaires sport et les minifourgonnettes, Washington arriverait au même résultat.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.