•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Incendie majeur dans un terminal pétrolier

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2005 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les pompiers réussissent à éteindre la moitié des 20 cuves de carburant qui ont pris feu dimanche dans le nord de Londres à la suite de trois explosions.

Les pompiers commencent à maîtriser le gigantesque incendie qui fait rage dans un important dépôt de carburant près de Londres.

Dimanche, une série de trois explosions qui ont retenti jusque dans la capitale, située à 40 kilomètres au sud, a mis le feu à une quarantaine de réservoirs, contenant chacun 3 millions de gallons de kérosène.

Les déflagrations ont fait 2 blessés graves et 43 blessés légers. Les fenêtres de bâtiments avoisinants ont volé en éclat, dont celles d'un hôtel. La zone autour du terminal pétrolier de Buncefield, près de Hemel Hempstead, appartenant aux compagnies Total et Texaco, a été évacuée et les autoroutes avoisinantes ont été fermées à la circulation.

Selon la police locale, tout indique que les déflagrations ont été accidentelles. Le nuage causé par l'incendie atteint maintenant la Bretagne et la Normandie. On s'attend à ce qu'il se dirige vers l'Espagne.

Lundi matin, les pompiers ont réussi à éteindre la moitié des 20 cuves qui ont pris feu. Ils ont utilisé d'importantes quantités de mousse et d'eau.

Le carburant stocké à Buncefield sert notamment à alimenter l'aéroport londonien de Luton, 15 kilomètres plus loin, et celui de Heathrow, le plus grand aéroport européen. Les deux aéroports demeurent toutefois ouverts.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.