•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des propos jugés sexistes

Le candidat conservateur de la circonscription de Portage-Lisgar, Brian Pallister, se retrouve dans une position délicate en raison de commentaires qualifiés de sexistes.

Le candidat conservateur de la circonscription de Portage-Lisgar, Brian Pallister, se retrouve dans une position délicate en raison de commentaires qu'il a faits et que certaines personnes ont qualifiés de sexistes.

Le candidat, en réponse à une question d'un journaliste sur la possibilité qu'il soit intéressé à remplacer Stuart Murray à la direction du Parti conservateur du Manitoba, a dit qu'il adoptait l'attitude volage typiquement féminine.

Sa réponse a soulevé l'ire de la candidate libérale dans Winnipeg-Centre-Sud, Anita Neville. Elle s'est dite outrée par ces propos offensants pour les femmes.

Selon elle, de tels propos ne sont pas de nature à aider ceux qui s'efforcent de convaincre davantage de femmes de se lancer en politique.

Le candidat Pallister vient donc de fournir des munitions aux troupes libérales qui soutiennent que les conservateurs sont misogynes. Le Parti libéral du Canada a su tirer profit, dans les campagnes électorales précédentes, des commentaires maladroits de leurs rivaux.

Mme Neville affirme qu'il ne s'agit pas d'un jeu politique. Pour elle, il est ahurissant d'entendre ce genre de commentaire d'une personne qui aspire à diriger un parti politique provincial.

Interrogé sur cette affaire, Mamadou Ka, politologue au Collège universitaire de Saint-Boniface, a indiqué qu'il ne croyait pas que les propos de M. Pallister représentaient une quelconque ligne partisane.

Selon lui, le candidat conservateur « a une conception du rôle de la femme trop archaïque pour un pays aussi développé que le Canada. »

Aucun thème sélectionné