•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des effets négatifs du Vioxx auraient été cachés

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2005 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La revue spécialisée New England Journal Medecine accuse deux chercheurs d'avoir dissimulé trois accidents cardiovasculaires dans une étude publiée en novembre 2000.

Le New England Journal of Medecine allègue que deux auteurs d'une étude canadienne, publiée en novembre 2000, auraient dissimulé les conséquences néfastes de l'anti-inflammatoire Vioxx.

Selon la revue médicale, trois participants à l'étude ont été victimes de crises cardiaques juste quelques mois avant la publication de l'étude. Or ces cas auraient dû être révélés durant la procédure de vérification.

L'analyse d'une disquette a révélé, par ailleurs, que des données montrant des effets indésirables du médicament ont été supprimées du manuscrit original, deux jours avant la publication.

L'étude en question comparait les risques d'accidents cardiovasculaires entre le célèbre anti-inflammatoire Vioxx et le narproxène, un médicament générique.

Selon la revue américaine, l'occultation de données a minimisé les différences notables entre les deux médicaments concernant les risques cardiovasculaires.

Le New England Journal of Medecine n'a pas révélé les noms des 12 chercheurs impliqués. Cependant, selon la liste des auteurs, deux des chercheurs étaient des employés de Merck and Co, le fabricant du Vioxx.

L'auteure principale de l'étude, financée par Merck, était la docteure Claire Bombardier, une rhumatologue de l'hôpital Mount Sinaï de Toronto.

Depuis que Merck a retiré des tablettes le médicament Vioxx du marché mondial le 30 septembre 2004, des procès ont été intentés contre le géant pharmaceutique.

Depuis, le titre de Merck a dégringolé sur les marchés et l'entreprise a annoncé un vaste plan de restructuration entraînant l'élimination de 7000 emplois.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.