•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La candidate bloquiste dans l'eau trouble

May Chiu, directrice générale d'un organisme d'aide de la communauté chinoise, financé par le gouvernement libéral québécois, affirme qu'on lui a demandé de démissionner, ce que nie son employeur.

La situation de la candidate du Bloc québécois dans Lasalle-Émard, May Chiu, est encore trouble, après qu'elle eut affirmé, lundi, que l'organisme dont elle est la directrice générale, le Service à la famille chinoise du Grand Montréal, lui avait demandé de démissionner.

La présidente de l'organisme, Pauline Wong, nie avoir exercé des pressions en ce sens. Le conseil d'administration du Service à la famille chinoise s'est réuni mercredi pour discuter de la situation de Mme Chiu.

La candidate bloquiste affirmait que l'organisme craignait de perdre ses subventions du gouvernement libéral du Québec, en raison de son implication dans un parti souverainiste. Mme Chiu était même prête à démissionner de sa propre initiative.

Le Service à la famille chinoise reçoit la majorité de son financement du gouvernement québécois, en plus d'un appui significatif de Centraide et d'une aide fédérale. Plusieurs politiciens, dont l'adversaire libéral de May Chiu dans Lasalle-Émard, le premier ministre sortant, Paul Martin, font par ailleurs des dons personnels à l'organisme.

Aucun thème sélectionné