•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une taxe spéciale pour le réseau routier

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2005 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Ville imposera une taxe foncière spéciale pour amasser les 500 millions de dollars nécessaires à la réfection de ses 4000 kilomètres de routes, dont 60 % ont plus de 50 ans.

L'administration Tremblay s'attelle à la réfection du réseau routier de la métropole. Montréal compte 4000 kilomètres de routes et 60 % de ce réseau a plus de 50 ans. Plusieurs rues sont en très mauvais état.

Pour amasser les 500 millions de dollars qu'elle veut investir dans ses routes, la Ville compte sur les subventions gouvernementales, mais aussi sur un impôt spécial de 0,125 ¢ du 100 $ d'évaluation.

L'administration affirme ne pas avoir le choix d'entreprendre ces dépenses afin d'apporter les corrections nécessaires à tout le réseau routier. « On veut, une fois pour toutes, régler les problèmes de nids de poule, mais aussi agir au niveau de la sécurité, tant pour les piétons, que les cyclistes et les automobilistes », soutient Claude Dauphin, responsable des transports au comité exécutif de la Ville.

L'administration Tremblay souligne que cette taxe spéciale ne sera en vigueur que pendant quatre ans. Il est à noter que seuls les contribuables montréalais seront imposés, même si 50 % des voitures stationnées au centre-ville proviennent de la banlieue.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.