•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'OMS n'embauche plus de fumeurs

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2005 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Organisation mondiale de la santé ne recrute plus de consommateurs de tabac, une politique qu'elle ne juge pas discriminatoire.

L'Organisation mondiale de la santé (OMS), important acteur de la lutte contre le tabac, ne recrute plus de fumeurs.

Le porte-parole de l'Organisation affirme que cette politique, entrée en vigueur jeudi, n'est pas discriminatoire. Le service juridique de l'OMS n'a pas contesté ces dispositions.

Les formulaires de candidature stipulent que « l'OMS est un espace non-fumeurs » et que « l'Organisation ne recrute pas de consommateurs de tabac sous quelque forme que ce soit ».

Sur le questionnaire de recrutement, les candidats doivent mentionner s'ils sont fumeurs, et s'ils continueraient à fumer en cas d'embauche par l'OMS.

« Si on répond oui à ces deux questions, on ne sera pas invité pour un entretien d'embauche », explique le porte-parole Iain Simpson. Un candidat qui ne tiendrait pas sa promesse de cesser de fumer verrait son contrat de travail annulé.

L'OMS joue un rôle majeur sur la scène internationale dans la lutte contre le tabagisme. L'Organisation a, entre autres, mené un combat pour faire adopter le traité international antitabac, qui est en application depuis février dernier. Elle précise donc que l'imposition de la présente mesure constitue une « question de principe ».

La nouvelle politique ne s'applique pas aux contrats en cours ou aux renouvellements de contrats à durée déterminée. L'OMS ne compte pas imposer des mesures de vérification et de contrôle, mais dit vouloir se fier à la bonne foi des employés.

Quant aux employés fumeurs, ils peuvent bénéficier d'une aide à la désintoxication.

L'OMS rappelle que le tabac est la principale cause de décès évitables dans le monde, et tue près de cinq millions de personnes chaque année.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.