•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'UQTR décerne un doctorat honorifique à Lech Walesa

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2005 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le fondateur du mouvement syndical Solidarité, qui a été au coeur de la chute du communisme en Pologne, est honoré à la salle J.-Antonio-Thomson.

L'ancien président polonais Lech Walesa s'est vu officiellement décerner un doctorat honorifique par l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR).

Le fondateur du mouvement syndical Solidarité, qui a été au coeur de la chute du communisme en Pologne, a été honoré à la salle J.-Antonio-Thomson, lundi, en fin d'après-midi.

Lech Walesa est devenu le 26e récipiendaire d'un doctorat honorifique de l'UQTR. L'homme d'État a reçu 33 doctorats honoris causa au cours de sa prestigieuse carrière, dont certains provenant des universités Harvard et de Paris.

« C'est un honneur, a-t-il dit, de recevoir une distinction pour un mouvement que j'ai créé. » Solidarité, a-t-il ajouté, a réussi à faire tomber le communisme sans qu'une seule balle ne soit tirée.

C'est un professeur de l'UQTR, Adam Skorek, qui est à l'origine de la démarche. Ce dernier se félicitait d'avoir contribué à honorer une contribution qu'il qualifie d'inestimable à la libération de l'Europe de l'Est du joug soviétique.

« C'est une grande journée. Je ne pouvais pas m'imaginer qu'un jour, on allait recevoir le président en plein milieu académique », lance-t-il, souriant.

Le recteur de l'UQTR, Ghislain Bourque, affirme que le doctorat honorifique n'a pas été remis au hasard. « Il faut rattacher cet évènement à l'époque où M. Walesa a entrepris sa croisade. Il entretenait des liens très étroits avec un groupe de professeurs. Ils sont allés jusqu'à collecter des sous, aider la Pologne dans ce virage et aussi participer à la réflexion politique qui s'imposait à cette époque-là », explique-t-il.

Électricien de formation, Lech Walesa a oeuvré à la démocratisation de la Pologne durant l'occupation soviétique. Il a été l'instigateur d'une série de grèves pour les droits des travailleurs qui a forcé le régime communiste à négocier avec Solidarité.

Fort de l'appui du pape Jean-Paul II, le leader syndical a poursuivi sa lutte grâce aux fonds recueillis par des représentants en exil du gouvernement polonais, dont certains au Canada.

Les efforts de Lech Walesa ont ouvert la voie à l'organisation d'élections libres, en 1989. La Pologne est d'ailleurs le premier pays lié par le Pacte de Varsovie à s'être libérée du communisme.

M. Walesa est devenu le premier président polonais élu par suffrage universel de l'ère postsoviétique. Il a dirigé le pays de 1990 à 1995. Il a aussi reçu la Médaille de la liberté à Philadelphie, le Prix du monde libre en Norvège et le Prix européen pour les droits de l'homme.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.