•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Paul Martin exige des excuses

Radio-Canada

Le premier ministre demande au chef conservateur de retirer ses déclarations aux Communes, qui associaient le Parti libéral du Canada au crime organisé. Stephen Harper refuse.

Le premier ministre Paul Martin a demandé vendredi au chef conservateur Stephen Harper de présenter des excuses pour des propos tenus la veille aux Communes.

Parlant à Kelowna, où il participe à la conférence sur les Autochtones, M. Martin a déclaré que le chef conservateur devait s'excuser et « reprendre ses paroles ».

Il a affirmé que les Canadiens ne veulent pas voir ce genre d'activités à la Chambre des communes et pendant une campagne (électorale) nationale.

Le premier ministre réagissait à une déclaration de M. Harper faite jeudi aux Communes pendant le débat sur sa motion de défiance à l'endroit du gouvernement.

En réponse à une question d'un député libéral, M. Harper a associé le Parti libéral du Canada et le gouvernement Martin au crime organisé.

Pas d'excuses

En entrevue, le chef conservateur a catégoriquement refusé de présenter des excuses ou de retirer ses propos de la veille.

« Le premier ministre comprend les choses de travers, a dit Stephen Harper. Ce sont les libéraux qui devraient présenter des excuses aux Canadiens » (pour le scandale des commandites).

Il a ajouté qu'un gouvernement conservateur donnerait instruction aux autorités compétentes de poursuivre le Parti libéral pour récupérer les dizaines de millions de dollars de l'argent des contribuables dont on a perdu la trace.

Le Bloc prudent

Pour sa part, le chef du Bloc Québécois Gilles Duceppe a préféré prendre ses distances avec les déclarations de Stephen Harper.

Sans critiquer ouvertement le chef conservateur, M. Duceppe souligne qu'il n'a pas de preuves que ses propos sont fondés.