•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pierre Marc Johnson tourne le dos au PQ

Radio-Canada

L'ancien chef du Parti québécois accorde son appui au candidat libéral dans la circonscription d'Outremont, Raymond Bachand. Le PQ attribue ce choix à l'amitié qui lie les deux hommes.

L'ancien chef du Parti québécois, Pierre Marc Johnson, accorde son appui au candidat libéral Raymond Bachand dans la circonscription d'Outremont, vacante depuis la démission de l'ancien ministre des Finances, Yves Séguin.

Dans une lettre au quotidien La Presse, vendredi, il affirme que celui qui est son ami depuis 40 ans sera un représentant d'envergure pour cette circonscription, où une élection complémentaire aura lieu le 12 décembre.

Pierre Marc Johnson affirme en outre que le programme référendaire n'est plus de mise. Il croit que les Québécois devraient plutôt se concentrer sur les enjeux économiques liés à la mondialisation afin d'assurer la pérennité des institutions de solidarité sociale.

« Notre économie doit être productive si nous voulons maintenir les institutions qui assurent notre solidarité sociale, l'équité entre les générations et l'accès à des services éducatifs et de santé de qualité », a-t-il dit.

M. Johnson conclut sa lettre en disant que le Québec méritait des hommes de la trempe de M. Bachand. « C'est pourquoi je viens lui donner mon appui sans réserve et souhaite vivement qu'il obtienne le mandat électoral qu'il sollicite ».

Même s'il abandonne temporairement sa réserve habituelle, M. Johnson affirme toutefois qu'il n'entend pas participer à des événements publics en faveur de Raymond Bachand.

M. Bachand, 58 ans, a déjà été secrétaire particulier de René Lévesque, de 1979 à 1981 après avoir été chef de cabinet, pendant deux ans, auprès du ministre du Travail et de la Main-d'oeuvre, Pierre Marc Johnson.

À Kelowna, le premier ministre Jean Charest a déclaré que le parcours de M. Bachand ressemblait à celui de beaucoup de Québécois qui en sont venus à la conclusion que le Québec peut s'épanouir à l'intérieur du cadre fédéral.

Pour M. Charest, l'appui de Pierre Marc Johnson fait ressortir le haut niveau de la candidature de M. Bachand et donne le signal que ce n'est pas le moment de tenir un autre référendum au Québec.

Déception au PQ

Réagissant à la lettre de M. Johnson, la députée d'Hochelaga-Maisonneuve, Louise Harel, s'est dite déçue mais pas surprise de la prise de position de l'ancien chef du PQ.

Mme Harel attribue le choix de Pierre Marc Johnson à la très vieille amitié qui le lierait à Raymond Bachand. Elle pense que M. Johnson a choisi l'homme avant le parti politique.

Quant à Richard Legendre, il a déclaré: « C'est son choix, c'est pas mon choix ».

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.