•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mobilisation contre la réforme des CPE

Radio-Canada

Les intervenants des Centres de la petite enfance manifestent dans les rues de sept villes du centre du Québec pour exprimer leur opposition à la réforme que s'apprête à adopter le gouvernement Charest.

Les intervenants des Centres de la petite enfance (CPE) ont profité de la Journée mondiale de l'enfance, dimanche, pour reprendre leur lutte contre le gouvernement Charest. En après-midi, des manifestations ont été organisées dans sept villes du centre du Québec.

Les intervenants réclament le maintien et la consolidation du réseau des CPE que le gouvernement du Québec s'apprête à réformer. Un des points les plus litigieux du projet de loi 124 concerne la gestion des services de garde en milieu familial.

En ce moment, 900 CPE offrent le service de gestion, mais Québec veut économiser 50 millions de dollars annuellement en le confiant à 130 bureaux coordonnateurs. En tout, près de 800 emplois pourraient être supprimés dans le réseau.

Débat public

Les opposants au projet de loi 124 se sont réunis au sein d'une coalition de syndicats et de représentants de la société civile, et réclament un débat public sur cette question.

La présidente de la CSN, Claudette Carbonneau, affirme qu'elle est « absolument horrifiée de constater que le projet de loi 124 passe en quelque sorte inaperçu, comme s'il s'agissait d'une simple mesure administrative, alors qu'en fait, on est en train de changer radicalement l'allure des services de garde au Québec ».

Les opposants au projet de loi 124 considèrent que le gouvernement Charest veut ouvrir la porte à la commercialisation des services de garde en milieu familial, et craignent que leur qualité ne soit réduite dans le but de réaliser des économies.

En outre, ils redoutent que les CPE ne soient transformés en simples services de garde et qu'ils perdent ainsi leur côté éducatif. Selon eux, cela représenterait un regrettable retour en arrière pour la province, qui a été une pionnière en ce domaine.

Le gouvernement Charest rétorque que la nouvelle coalition tient un discours beaucoup trop alarmiste. Malgré la grogne, il a l'intention d'aller de l'avant avec ce projet de loi qui doit être adopté au début du mois de janvier.

Dimanche prochain, les opposants au projet de loi 124 tiendront un grand rassemblement au stade du parc Jarry, à Montréal.

Aucun thème sélectionné