•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'augmentation du niveau de la mer menace le nord du Nouveau-Brunswick

Les communautés côtières doivent se préparer à subir les effets grandissants des changements climatiques, selon un groupe de chercheurs qui organise des séances d'information à ce sujet.

Un groupe de recherche sur l'impact de la hausse du niveau de la mer sur les zones côtières organise ces jours-ci des séances d'information et de consultation à divers endroits dans le nord du Nouveau-Brunswick.

Depuis les cinq dernières années, les tempêtes automnales sont plus nombreuses et intenses le long du littoral du Nouveau-Brunswick. Les endroits les plus vulnérables sont ceux où la côte n'est pas très élevée comparativement au niveau de la mer, par exemple à Shippagan ou à Le Goulet, dans la Péninsule acadienne.

« Les vents du nord-est élevés pendant une période prolongée vont causer beaucoup de dégâts le long des côtes. Alors, ces gens-là vont toujours être à risque et la situation va certainement s'aggraver dans le futur », a indiqué Réal Daigle, délégué d'Environnement Canada.

Omer Chouinard, le représentant de l'Université de Moncton, a rencontré une quarantaine de groupes communautaires ou d'entreprises pour recueillir leurs impressions au sujet de l'impact des changements climatiques sur les infrastructures côtières.

« On s'est aperçu que depuis deux ans, la prise de conscience des gens de l'impact que ça peut avoir sur l'érosion des zones côtières, est beaucoup plus forte. Ces gens-là sont maintenant en mesure de demander une politique gouvernementale beaucoup plus vigoureuse », a indiqué M. Chouinard.

Une telle politique aurait comme objectif de protéger l'intégrité de la zone côtière et d'assurer la protection des citoyens qui s'établissent le long des côtes.

Le groupe de recherche publiera les conclusions de son étude en juin 2006. À l'intérieur de ce rapport, il sera notamment question de l'approche la plus appropriée à adopter pour faire face à une situation de plus en plus préoccupante: une hausse anticipée de 50 centimètres du niveau de la mer d'ici 100 ans.