•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les manifestants envahissent les rues de Mar del Plata

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2005 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

En marge des pourparlers tenus par les dirigeants de 34 pays, en Argentine, des milliers de manifestants marquent leur opposition au président Bush et à la Zone de libre-échange des Amériques.

Dans les rues de Mar del Plata, en Argentine, des milliers de personnes manifestent, vendredi, contre le président Bush et la Zone de libre-échange des Amériques (ZLEA), alors que s'ouvre le quatrième Sommet des Amériques.

Au petit matin, de nombreux manifestants ont gagné la ville balnéaire par autobus.

Le célèbre joueur de soccer Diego Maradona, arrivé en matinée par train de Buenos Aires en compagnie de représentants d'organisations non gouvernementales, mène le bal, fidèle à la promesse faite au dirigeant cubain, Fidel Castro, un de ses amis.

Le Prix Nobel argentin de la paix Adolfo Pérez Esquivel prend également part à l'événement.

La marche devrait atteindre son point culminant à midi, heure locale, au grand stade de Mar del Plata, où le président vénézuélien, Hugo Chavez, doit s'adresser aux opposants à la ZLEA.

Un important dispositif de sécurité de 8000 policiers et soldats a été mis en place, afin d'éviter tout débordement.

La ZLEA, objet de division

Dans l'intervalle, les chefs des 34 pays présents entament une série d'entretiens bilatéraux avant les séances plénières.

Le président américain, George W. Bush, et le premier ministre canadien, Paul Martin, rencontreront l'hôte du Sommet, le président Nestor Kirchner.

Aucune rencontre privée n'est toutefois prévue entre MM. Bush et Martin. Cependant, les deux hommes auront l'occasion de parler du conflit du bois d'oeuvre lors d'un souper, vendredi soir.

Les États-Unis, appuyés par le Canada, le Mexique et le Chili, tentent de remettre en marche les négociations sur la création d'une zone de libre-échange des Amériques. Ils devraient se heurter à la ferme opposition des pays du Mercosur, Brésil et Argentine en tête, qui exigent que Washington fasse d'abord preuve d'ouverture sur les subventions agricoles.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.