•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La police de Montréal dans la ligne de mire de l'ONU

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2005 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les arrestations massives auxquelles procède le Service de police de la Ville de Montréal pendant des manifestations préoccupent le Comité des droits de la personne de l'ONU.

Le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'homme s'inquiète des arrestations massives auxquelles procède le Service de police de la Ville de Montréal pendant des manifestations, rapporte La Presse dans son édition de jeudi.

Dans un rapport publié la veille sur Internet, les experts examinent une série d'arrestations massives effectuées depuis 1999 et invitent le Canada à enquêter sur ces pratiques.

Par exemple, en juillet 2003, les policiers ont interpellé 243 protestataires après une manifestation contre l'Organisation mondiale du commerce (OMC). En novembre 2004, ils ont arrêté 180 manifestants qui protestaient pendant la tenue d'un congrès du Parti libéral, en vertu d'un règlement municipal de prévention des troubles de la paix.

Plusieurs organisations non gouvernementales ont vigoureusement dénoncé ces arrestations, notamment devant les audiences du comité onusien, il y a quelques semaines, à Genève.

De son côté, Ottawa a plaidé qu'aucune des arrestations mentionnées n'avait été arbitraire, puisqu'elles s'appuyaient toutes sur des règlements municipaux ou le Code criminel, une explication remise en question par le comité.

Le SPVM affirme pour sa part que les arrestations massives demeurent un dernier recours.

Par ailleurs, le comité a également critiqué d'autres pratiques adoptées par le Canada, notamment la situation des Autochtones, la loi antiterroriste, les certificats de sécurité, en vertu desquels les autorités peuvent expulser vers leur pays d'origine les personnes soupçonnées de menacer la sécurité nationale, ou encore l'affaire Maher Arar, ce Canadien d'origine syrienne qui affirme avoir été torturé en Syrie après y avoir été déporté par les États-Unis.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.