•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Essence: la CSN réclame des mesures plus musclées

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2005 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Confédération des syndicats nationaux estime que les mesures annoncées par Ottawa pour faire face à l'augmentation des prix de l'essence laissent de côté des milliers de travailleurs.

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) juge que les mesures annoncées jeudi par le gouvernement fédéral pour aider les Canadiens à faible revenu à faire face à l'augmentation des prix de l'essence sont insuffisantes.

« C'est une mesure qui touche quelques personnes. Qu'en est-il des couples sans enfants, des aînés au revenu moyen, des agriculteurs et des camionneurs? » a demandé samedi Jean Lacharité, président de la CSN-Estrie.

La centrale syndicale pense que le gouvernement fédéral doit aussi adopter des mesures plus musclées, notamment une agence de contrôle des prix aux pouvoirs plus coercitifs.

Cette position est également défendue par Yves Charron, le citoyen de l'Estrie à l'origine des manifestations de consommateurs contre la hausse du prix de l'essence, il y a quelques semaines. « Il est grandement temps qu'on ait un organisme de contrôle des prix, plutôt que de surveillance », dit Yves Charron.

Le Bureau de la concurrence a été chargé de surveiller les pratiques anticoncurrentielles des compagnies pétrolières, tandis que le nouveau Bureau d'information doit étudier l'évolution des coûts du pétrole.

« La mission des deux organismes est de s'assurer de la libre force du marché et qu'il n'y ait pas collusion », a assuré Stéphane Dion, ministre fédéral de l'Environnement.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.