•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mobilisation contre les mégaporcheries

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2005 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Plus de 400 personnes manifestent contre deux nouveaux mégaprojets dans la région de Napierville, en Montérégie, où le nombre de porcs dépassera largement celui des humains.

Plus de 400 personnes ont manifesté contre la construction de deux mégaporcheries dans la région de Napierville, en Montérégie, où les troupeaux de porcs risquent de dépasser largement le nombre d'humains.

Organisé par le Comité de citoyens de Saint-Cyprien et de Napierville, le rassemblement, auquel s'étaient joints des représentants de l'Union paysanne, visait à exprimer le mécontentement devant le feu vert donné par Québec aux nouvelles porcheries.

La population s'inquiète des effets des porcheries sur la qualité de l'air et sur la nappe phréatique. Certaines villes à proximité, dont Saint-Cyprien, connaissent déjà des problèmes d'eau potable.

Le président du Comité, André Tremblay, souligne qu'il y a déjà cinq porcheries comptant 15 000 porcs à Saint-Cyprien. Ce nombre pourrait passer à 21 000 avec l'implantation des deux nouveaux mégaprojets.

M. Tremblay demande donc à Québec de procéder à des analyses et de démontrer à la population que les mégaporcheries n'auront pas un impact destructeur. Il déplore également que les ministères de l'Environnement et de la Santé n'aient pu répondre aux questions des résidents.

Les promoteurs de l'une des deux nouvelles porcheries se disent fort déçus de constater une telle opposition à leurs projets. Ils ont déjà obtenu l'approbation du gouvernement du Québec et se demandent ce que la manifestation pourra changer.

En juin dernier, le gouvernement Charest a levé partiellement le moratoire sur la production porcine, en vigueur depuis trois ans.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.