•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Essence contre sécurité

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2005 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La Chambre des représentants appuie la construction de nouvelles raffineries aux États-Unis pour contrer le choc pétrolier provoqué par le passage des ouragans dans le golfe du Mexique.

De nouvelles raffineries pourraient voir le jour aux États-Unis pour répondre au contrecoup des ouragans qui ont détruit plusieurs installations pétrolières du golfe du Mexique.

Les membres de la Chambre des représentants ont adopté de justesse, 212 voix contre 210, un texte de loi qui propose toute une série de mesures plus ou moins contestées, pour assurer la sécurité énergétique des États-Unis.

Le Sénat devra par la suite adopter ce projet pour qu'il ait force de loi.

Le projet de loi « Essence pour la sécurité de l'Amérique » prévoit des assouplissements aux normes environnementales, notamment à la loi sur l'air propre, des incitatifs financiers pour la mise en chantier de nouvelles raffineries, l'uniformisation des qualités d'essence à travers les États-Unis et des sanctions contre le gonflement artificiel des prix.

Le groupe environnementaliste Sierra Club dénonce le projet républicain et précise que les protections environnementales ont été mises en place pour protéger la santé et la sécurité des Américains.

Ce n'est pasmoment de les suspendre pour faire des cadeaux aux entreprises pétrolières, affirme David Hamilton, directeur du Sierra Club.

Les démocrates ont dénoncé les relations étroites qui unissent l'administration Bush et les pétrolières. Le président George W. Bush a fondé une entreprise pétrolière au Texas en 1970 et son vice-président, Dick Cheney, est un ancien PDG d'Halliburton.

Environ une douzaine de raffineries du golfe du Mexique n'ont toujours pas repris leur production. À travers le pays, seulement 148 raffineries sont actuellement en état de marche, soit la moitié moins qu'en 1984.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.