•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Al-Zarqaoui rappelé à l'ordre par ses supérieurs

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2005 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les dirigeants d'Al-Qaïda auraient demandé à Abou Moussab Al-Zarqaoui, chef du réseau en Irak, de cesser de tuer des musulmans. Al-Qaïda serait aux prises avec des difficultés financières et logistiques.

Le chef d'Al-Qaïda en Irak, le Jordanien Abou Moussab Al-Zarqaoui, aurait récemment reçu une mise en garde de l'adjoint d'Oussama ben Laden, l'Égyptien Ayman Al-Zawahiri. Ce dernier aurait enjoint Al-Zarqaoui de cesser de tuer et de décapiter des musulmans.

Al-Zawahiri aurait mis Al-Zarqaoui en garde contre les risques de s'aliéner le monde musulman en continuant de tuer des coreligionnaires. Al-Zarqaoui aurait reçu la missive de 13 pages au début du mois de juillet, selon les forces américaines qui ont découvert cette correspondance en Irak.

Le contenu de la lettre a été rapporté par les médias américains et confirmé par le porte-parole du Pentagone Bryan Whitman. Ce dernier a déclaré que la lettre semblait « authentique ».

La fin justifiée, mais non les moyens

Al-Zawahiri détaille également dans cette lettre la stratégie à long terme d'Al-Qaïda en Irak. La première étape consiste à expulser les Américains du pays avant d'y installer un califat islamique et de déclencher la guerre sainte en Égypte, en Syrie, au Liban et finalement contre Israël.

Toujours selon cette lettre, Al-Qaïda serait aux prises avec des difficultés financières et logistiques. Al-Zawahiri aurait même demandé une aide financière au chef de la division irakienne de l'organisation terroriste. M. Whitman a profité de l'occasion pour préciser que trois projets planifiés par Al-Qaïda avaient été déjoués aux États-Unis depuis le 11 septembre 2001, et sept dans d'autres pays.

Les objectifs à long terme de l'organisation semblent être partagés par tous ses membres, selon M. Whitman, mais le moyen d'y parvenir semble causer des divergences d'opinions. Ainsi, Al-Zarqaoui a fait fi des recommandations de Al-Zawahiri en poursuivant les décapitations depuis l'envoi du message.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.