•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Michaëlle Jean renonce à sa citoyenneté française

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2005 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La gouverneure générale désignée du Canada explique que son initiative est liée à la nature des fonctions qui seront les siennes, dont celle de commandant en chef des Forces canadiennes.

La gouverneure générale désignée du Canada, l'ex-journaliste Michaëlle Jean, renonce à sa citoyenneté française, au moment où elle s'apprête à assumer ses nouvelles fonctions.

Dans un communiqué, Mme Jean indique que les autorités françaises ont accédé à la requête qu'elle a soumise en ce sens.

Elle explique que son initiative est liée à la nature des fonctions qui seront les siennes, dont celle de commandant en chef des Forces canadiennes.

Michaëlle Jean avait demandé la citoyenneté française à la suite de son mariage avec le cinéaste Jean-Daniel Lafond, lui-même né en France.

Réagissant à cette annonce, le ministre des Affaires étrangères, Pierre Pettigrew, a déclaré que la double citoyenneté de Mme Jean était le reflet d'une réalité du pays. Il a ajouté que pour lui, il est clair que sa loyauté est à l'endroit du Canada.

Née en 1957 à Port-au-Prince, en Haïti, Michaëlle Jean est arrivée à Thetford Mines, au Québec, à l'âge de 11 ans. Sa famille a fui la dictature de François Duvalier. Après des études en langues et littérature, elle s'est dirigée vers le journalisme.

Elle a fait son entrée à Radio-Canada en 1988, où elle a coanimé l'émission Virages avec Gérard Pelletier. Elle a par la suite travaillé au magazine télévisé Le Point, a animé différentes émissions avant d'être choisie chef d'antenne du Téléjournal. Elle travaillait aussi pour CBC et pour son réseau d'information continue.

Elle devient la troisième femme et la deuxième Québécoise, après Jeanne Sauvé, à être nommée gouverneure générale. Elle succédera officiellement à Adrienne Clarkson mardi, lors d'une cérémonie dans l'enceinte du Sénat, à Ottawa.

Polémique

Sa nomination à ce poste a soulevé une polémique, notamment en raison de positions souverainistes prises autrefois par Jean-Daniel Lafond.

Pressée de préciser ses convictions, Mme Jean a affirmé qu'elle et son mari étaient « fiers d'être Canadiens », qu'ils avaient « le plus grand des respects pour les institutions de ce pays » et que leur « engagement envers le Canada est entier ».

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.