•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pas de tribunaux islamiques en Ontario

Radio-Canada

Le premier ministre ontarien Dalton McGuinty renonce à ce que sa province devienne la première juridiction occidentale à autoriser le recours à la loi islamique pour résoudre les conflits matrimoniaux.

L'Ontario abandonne l'idée d'instaurer des tribunaux islamiques utilisant la charia pour trancher les litiges matrimoniaux. Le premier ministre Dalton McGuinty a indiqué dimanche que son gouvernement interdira également tous les autres tribunaux religieux existants, qu'ils soient chrétiens ou juifs.

« J'en suis venu à la conclusion que le débat a assez duré, a-t-il dit. Il n'y aura pas de loi de la charia en Ontario. Il n'y aura pas d'arbitrage religieux en Ontario. Il y aura une loi pour tous les Ontariens », a-t-il déclaré dans une entrevue à la Presse canadienne.

M. McGuinty a promis que son gouvernement déposerait un projet de loi « aussitôt que possible ». « Les Ontariens auront toujours le droit de solliciter l'avis de toute personne en matière de droit familial, y compris un avis religieux », a-t-il précisé.

Le rapport de l'ex-procureure générale de l'Ontario, Marion Boyd, déposé en décembre, recommandait l'établissement de tribunaux basés sur la loi musulmane, similaires aux instances d'arbitrage juives et catholiques qui existent déjà dans cette province pour trancher des litiges matrimoniaux.

Une question qui mobilise

Homa Arjomand, militante féministe qui est à l'origine des manifestations de jeudi dernier, s'est réjouie de la décision du premier ministre McGuinty. « C'est la meilleure nouvelle que j'ai entendue depuis les cinq dernières années », a-t-elle dit.

Jeudi dernier, des manifestations contre le projet de tribunaux islamiques en Ontario ont eu lieu dans une douzaine de villes canadiennes et européennes.

À Paris, d'anciennes ministres, des écrivaines, dont Élisabeth Badinter, et une vingtaine de groupes féministes et laïques ont remis symboliquement à l'ambassade canadienne des messages et des centaines de lettres de protestation contre ce projet.

Au Canada, la célèbre écrivaine Margaret Atwood, la femme de l'ex-premier ministre Joe Clark, Maureen McTeer, l'ancienne ministre conservatrice Flora MacDonald ainsi que la militante Maude Barlow, entre autres, ont envoyé une lettre ouverte adressée au premier ministre McGuinty.

Dans cette lettre, elles font valoir qu'il ne s'agit pas seulement de protester contre la loi islamique, mais bien d'affirmer la nécessité de séparer la religion des affaires de l'État.

Selon les opposants à ce projet, l'instauration de tels tribunaux conférerait de la légitimité à la loi islamique (charia), jugée profondément inéquitable envers les femmes.