•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Katrina: la situation est critique à La Nouvelle-Orléans

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2005 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les États-Unis mettent en branle l'une des plus importantes opérations de sauvetage de leur histoire, au lendemain du passage de l'ouragan qui a dévasté le sud-est du pays et tué des dizaines de personnes.

Au lendemain du passage de l'ouragan Katrina, le sud des États-Unis est aux prises avec une situation qualifiée de catastrophique.

Les autorités attribuent à l'ouragan la mort de plusieurs dizaines de personnes, et la situation continue de s'aggraver.

La Nouvelle-Orléans, en Louisiane, est presque complètement engloutie sous des mètres d'eau, coupée du monde extérieur et en proie au chaos.

La ville de 1,4 million d'habitants, construite en grande partie sous le niveau de la mer, est submergée à 80 %, selon les autorités.

Ses principales voies d'accès sont inondées ou détruites, et les rues de la ville sont transformées en lacs.

La gouverneure de l'État, Kathleen Blanco, a dressé un tableau alarmant de la situation: absence d'électricité et d'eau potable, réseau de communications inopérant. « Les dégâts dépassent de loin nos plus grandes craintes. On est complètement bouleversés, débordés. C'est une immense tragédie », a-t-elle dit.

Deux digues se sont rompues et l'eau continue de monter, obligeant les secouristes à regarder, impuissants, les eaux du lac Pontchartrain se déverser dans les rues de la Nouvelle-Orléans.

Des hélicoptères secourent toujours des gens piégés dans leur grenier ou sur le toit de leur maison.

La gouverneure a indiqué que les 10 000 résidents qui avaient trouvé refuge au Superdome et dans d'autres centres de secours devaient être évacués

Des dizaines de morts au Mississippi

Au moins 80 personnes auraient déjà perdu la vie dans la région côtière du Mississippi, a annoncé le gouverneur de l'État, Harley Barbour.

De ce nombre, au moins 30 ont péri dans l'effondrement d'un complexe d'habitations à Biloxi. Des centaines d'autres maisons ont été rasées par l'ouragan, faisant des dizaines de milliers de sans-abri, qui ont dû se cantonner dans des refuges.

Il faudra des semaines, voire des mois, pour reloger tous ces sinistrés, selon la Croix-Rouge américaine.

En outre, plus de un million de foyers sont toujours privés d'électricité en Louisiane, en Alabama et au Mississippi.

Les opérations de sauvetage se poursuivent dans ces trois États. Le président Bush a écourté ses vacances, et est rentré à Washington pour coordonner les opérations.

Par ailleurs, des centaines de pillards ont profité du chaos pour faire main basse sur les marchandises des commerces laissés sans surveillance.

Dans certaines localités, la police a annoncé qu'elle ouvrirait le feu sur les pilleurs surpris dans les rues.

Katrina poursuit sa course

Katrina, devenue une tempête tropicale, a aussi causé des tornades qui ont frappé le sud-ouest d'Atlanta, en Georgie.

Des centaines de maisons et des bâtiments de ferme ont été endommagés ou détruits.

Au Tennessee, les éléments ont causé des pannes d'électricité, déraciné des arbres et endommagé des bâtiments.

Des avis de tornade ont aussi été lancés en Virginie et en Caroline du Sud et du Nord.

L'un des ouragans les plus coûteux de l'histoire

Selon des évaluations préliminaires effectuées par des groupes de prévision des risques et des compagnies d'assurances, les dégâts assurables causés par Katrina se situeraient entre 15 et 26 milliards de dollars américains.

Si ces prévisions s'avéraient exactes, Katrina deviendrait l'ouragan le plus coûteux de l'histoire, passant devant Andrew, qui avait causé 20,9 milliards de dollars de dégâts en Floride, en 1992.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.