•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Katrina enflamme les prix du pétrole

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2005 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'ouragan contraint plusieurs compagnies pétrolières du golfe du Mexique à fermer, et fait craindre une baisse importante de la production américaine de pétrole.

À la bourse de New York, le cours du baril de brut léger non sulfuré (« light sweet crude ») a connu des sommets, devant les craintes que fait peser l'ouragan Katrina sur la production américaine de pétrole. Après avoir atteint les 70 $US en cours de séance, il a clôturé à 67,20 dollars, en hausse de 1,07 dollar par rapport à la clôture de vendredi.

L'arrivée de Katrina sur les côtes de Louisiane compromet en effet la production américaine de pétrole. Elle a obligé plusieurs compagnies pétrolières à fermer un grand nombre des installations du golfe du Mexique.

Selon les derniers chiffres fournis lundi matin par les compagnies pétrolières, près de 42 % des installations de la région ont été fermées et évacuées.

En temps normal, cette région assure environ un quart de la production de fuel et d'essence des États-Unis. La Louisiane se classe au cinquième rang des États américains producteurs de pétrole. Elle abrite également deux des quatre centres américains de réserves stratégiques de pétrole.

Cet État compte également 17 raffineries de pétrole, d'une capacité de près de 2,8 millions de barils par jour. Sept de ces raffineries ont été fermées dès samedi.

L'OPEP réagit

Devant l'envolée des prix du brut sur les marchés financiers, le président de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), Cheikh Ahmad Al-Fahd Al-Sabah, a fait une proposition.

Il suggérera à son organisation de relever sa production de 500 000 barils par jour, lors de la réunion du 19 septembre à Vienne. « Nous espérons que la décision du comité ministériel d'accroître la production et le plafond et de relancer le dialogue avec tous les principaux consommateurs aidera au moins le marché et les prix à se stabiliser », a-t-il expliqué.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.