•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Michaëlle Jean «émue et honorée»

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2005 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La gouverneure générale désignée s'engage à continuer son travail pour améliorer le sort des enfants et des personnes vulnérables du pays.

Le premier ministre Paul Martin a confirmé, jeudi, la nomination de Michaëlle Jean comme gouverneure générale du Canada.

Âgée de 48 ans, la journaliste de Radio-Canada devient la 27e représentante de la Reine au Canada.

Elle sera assermentée officiellement le 27 septembre.

« C'est une nomination qui, certainement, va donner confiance à la population dans le gouvernement, pas de façon partisane, pas dans le gouvernement qui existe (actuellement), mais dans l'institution du gouvernement, a déclaré M. Martin. (...) Mme Jean a été nommée à cause de ses qualités personnelles, à cause de son histoire et à cause du fait qu'elle incarne le Canada dans lequel nous croyons. »

Dans son discours de présentation, la gouverneure générale désignée s'est dite très émue et honorée de cette marque de confiance de la part du premier ministre, elle a ajouté avoir bien hâte d'entrer en fonction.

Elle succédera à Adrienne Clarkson, qui a occupé ce poste pendant six ans.

Mme Jean a d'ailleurs rendu hommage à sa prédécesseure, qualifiant son travail d'« exceptionnel ». Elle n'a pas voulu s'étendre sur les allégations de dépenses excessives formulées à l'endroit de Mme Clarkson.

Interrogée sur ses priorités, Mme Jean a indiqué qu'elle continuerait de travailler à améliorer le sort des enfants et des personnes vulnérables du pays.

Elle dit vouloir rester le plus près possible de ses compatriotes canadiens, « être une citoyenne parmi les citoyens », selon ses propres mots.

Sur la situation en Haïti, son pays d'origine, elle a déclaré qu'il n'était pas facile pour elle d'assister « à cette catastrophe sans fin, cette calamité qui s'abat sur (son) pays d'origine. »

Elle se dit toutefois convaincue qu'Haïti peut sortir de cette épreuve, si on lui en donne les moyens.

Elle a souligné que les Canadiens avaient toujours fait preuve d'une immense solidarité et d'une immense empathie à l'endroit du peuple haïtien.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.