•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bush nomme John Bolton par décret

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2005 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Profitant des vacances du Congrès, le président américain a nommé par décret John Bolton au poste d'ambassadeur aux Nations unies, contournant du même coup l'opposition des démocrates au Sénat.

Le président George W. Bush a profité de la période des vacances au Congrès pour nommer par décret John Bolton au poste d'ambassadeur des États-Unis aux Nations unies.

Cette manoeuvre permet à l'administration Bush de contourner l'opposition démocrate qui bloquait la candidature de M. Bolton au Sénat.

En effet, selon les règles politiques américaines, le président a le pouvoir de remplir un poste vacant sans l'approbation du Sénat pendant les vacances du Congrès.

Selon la Constitution des États-Unis, cette nomination par décret sera valide jusqu'à la session suivante du Congrès, qui débute en janvier 2007.

Les démocrates, qui s'opposent farouchement à la nomination de John Bolton au titre d'ambassadeur à l'ONU, avaient réussi à bloquer sa candidature au Sénat à la fin du mois de juin en empêchant les républicains de réunir les 60 voix nécessaires à sa nomination.

Une nomination contestée

La candidature de John Bolton, connu pour ses prises de position très critiques, voire méprisantes envers les Nations unies, est vivement contestée par l'opposition démocrate qui dénonce le manque de crédibilité de M. Bolton, favori de George Bush.

Sous-secrétaire d'État chargé du désarmement, John Bolton est également partisan d'une ligne dure face à l'Iran et à la Corée du Nord, que Washington accuse de développer en secret des programmes nucléaires militaires. Il est également de ceux qui ont défendu bec et ongles la thèse de l'existence d'armes de destruction massive en Irak qui a conduit à la guerre d'Irak.

Les démocrates accusent aussi M. Bolton d'avoir cherché à limoger des analystes du renseignement en désaccord avec lui pour faire prévaloir ses thèses.

C'est la première fois qu'une administration américaine désigne à l'ONU un ambassadeur dont la nomination n'a pas été confirmée par le Congrès.

Les États-Unis sont sans ambassadeur à l'ONU depuis plus de six mois.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.