•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jacques Olivier plaide pour Bombardier

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2005 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le maire de Longueuil presse Québec d'attribuer le contrat de renouvellement des équipements du métro de Montréal à Bombardier Transport pour garantir sa compétitivité.

Le maire de Longueuil, Jacques Olivier, a demandé vendredi au gouvernement du Québec de trouver une façon d'accorder à Bombardier Transport le contrat de remplacement de centaines de voitures du métro de Montréal.

M. Olivier, qui est aussi vice-président du comité exécutif de la Communauté métropolitaine de Montréal, a souligné l'importance de la compétitivité de Bombardier Transport, autant pour les économies locales que pour celles du Québec et du Canada.

« Même si c'est l'usine de La Pocatière qui profitera le plus directement de ce contrat, dont la valeur pourrait atteindre un milliard de dollars, Bombardier Transport est bien présente dans le nouveau Longueuil avec ses nombreux emplois à son siège social de l'arrondissement de Saint-Bruno-de-Montarville », a-t-il fait valoir.

Les employés de Bombardier à La Pocatière, dans le Bas-Saint-Laurent, demandent également l'intervention de Québec pour que leur usine obtienne le contrat du métro dès cette année et sauve quelque 300 emplois. Ils souhaitent ainsi éviter qu'une partie de la production ne soit transférée au Mexique, où les coûts de production sont plus bas.

Il y a deux semaines, le ministre du Développement économique, Claude Béchard, disait chercher une façon d'accorder le contrat à Bombardier Transport sans contrevenir aux accords de commerce internationaux.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.