•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vers un test uniforme pour les médecins au Canada

Le Collège des médecins du Québec propose l'uniformisation de l'épreuve québécoise avec le reste du Canada pour éviter les échecs massifs comme celui observé à l'Université McGill.

À la lumière de l'échec de 36 % des médecins résidents de l'Université McGill à l'examen québécois, le Collège des médecins du Québec (CMQ) propose l'uniformisation de l'épreuve avec le reste du Canada comme solution possible.

Le quotidien La Presse rapporte cette information dans son édition de vendredi. Selon le CMQ, la mesure permettrait d'éviter que des médecins aillent travailler dans d'autres provinces parce qu'ils ont échoué au test québécois tout en ayant réussi l'examen canadien.

Jeudi, le Globe and Mail rapportait que le tiers des étudiants en médecine familiale de l'Université McGill avaient échoué à l'examen clinique exigé par Québec. À titre de comparaison, le taux d'échec chez leurs collègues de l'Université de Montréal avoisine les 5 %.

Généralement, environ 10 % des étudiants échouent à l'examen clinique objectif structuré. Cette année, 16 étudiants sur 177 n'ont pas satisfait aux exigences québécoises, soit 9 %, dont 13 provenant de McGill.

Tous auront l'occasion de se reprendre en octobre. Mais la plupart des 39 médecins résidents de McGill songent déjà à quitter le Québec pour aller travailler dans d'autres provinces canadiennes, voire aux États-Unis.

Les autorités universitaires s'expliquent mal une telle proportion à McGill, les examens ayant été passés en anglais. Mais le CMQ estime que la situation ne devrait pas affecter les effectifs de nouveaux médecins cette année.