•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tempel-1 se dévoile

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2005 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le contact du projectile largué lundi à la surface de la comète a provoqué deux éclairs successifs, ce qui pourrait montrer que l'engin a percuté deux matières différentes, l'une en surface et l'autre en profondeur.

La NASA a commencé à analyser les données recueillies au moment du contact du projectile largué par la sonde Deep Impact et la surface de la comète Tempel-1.

Les responsables de la mission affirment que le choc a provoqué deux éclairs successifs sur l'astre.

Il y a d'abord eu un petit flash, puis, quelques instants plus tard, un gros flash et une explosion.

Un cliché montre même une boule extrêmement incandescente, qui est lumineuse par elle-même, sans prendre en compte la lumière du soleil.

Cela pourrait montrer selon eux que l'appareil, de la taille d'une machine à laver, a percuté deux matières différentes composant la comète, en surface et en profondeur.

Une composition toujours mystérieuse

Si les éléments qui composent l'objet céleste sont toujours inconnus, les deux substances pourraient bien être de la poussière de surface, puis de vapeur produite par la glace contenue dans son sous-sol.

La sonde Deep Impact, restée à 500 kilomètres de la comète, est en parfait état de fonctionnement, à la suite de sa séparation de l'impacteur.

Elle contient des données que le personnel de la NASA télécharge continuellement depuis le contact.

La comète Tempel-1, de 15 kilomètres de long, tourne autour du Soleil entre Mars et Jupiter, à 133 millions de kilomètres de la Terre.

Avant son écrasement à 37 000 km/h, l'impacteur a pris une photo de la comète, dont la surface apparaît blanche et parsemée de cratères.

L'astre possède une forme irrégulière, ressemblant à une poire.

La NASA espère que ces éléments fourniront des indices sur les origines du système solaire. Les comètes, formées il y a environ 4,5 milliards d'années, sont les débris laissés après la formation du Soleil et des planètes.

Les nombreux satellites de l'agence américaine, notamment les télescopes Hubble, Spitzer et Chandra, scrutaient aussi l'espace afin d'enregistrer les effets de la collision.

Deep Impact a décollé de cap Canaveral, en Floride, le 12 janvier pour un périple d'environ 431 millions de kilomètres. La mission est évaluée à 330 millions de dollars américains.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.