•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

De la pop et du rock pour dénoncer la pauvreté

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2005 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À quatre jours du sommet du G8, en Écosse, plus d'un million de spectateurs assistent aux concerts du Live 8 organisés sur 4 continents pour presser les nations riches à agir contre la pauvreté.

Les plus grandes vedettes de la scène musicale ont participé, samedi, aux concerts organisés dans 10 grandes villes du globe pour dénoncer la pauvreté dans le monde, en particulier en Afrique.

L'événement Live 8, organisé par le musicien irlandais Bob Geldof, avait pour but de mettre de la pression sur les dirigeants des pays du G8, qui se réuniront du 6 au 8 juillet à Gleneagles, en Écosse.

« Dix concerts, 100 artistes, un million de spectateurs, deux milliards de téléspectateurs et un seul message: que ces 8 hommes, réunis dans une pièce, empêchent 30 000 enfants de mourir chaque jour en raison de l'extrême pauvreté », résume le manifeste du Live 8.

Londres, le concert le plus spectaculaire

Les premières notes de ce concert mondialisé ont été jouées dans la matinée de samedi à Tokyo par le groupe rock nippon Rize, suivi de la chanteuse islandaise Björk et de Good Charlotte, devant une foule estimée à environ 10 000 personnes.

Le plus spectaculaire des 10 concerts a certainement été celui de Londres où Paul McCartney et Bono (U2) ont offert aux 200 000 spectateurs une reprise de la chanson des Beatles Sergeant Pepper's lonely hearts club band. « On ne vous demande pas de mettre la main à la poche, mais on demande aux gens de lever le poing en l'air », a déclaré Bono.

Madonna, Coldplay et le groupe Pink Floyd, avec son bassiste original, Roger Waters, pour la première fois depuis 1981, sont également montés sur scène dans Hyde Park.

« Le Mahatma Gandhi a libéré un continent. Martin Luther King a libéré un peuple. Nelson Mandela a libéré un pays. Ça marche! Ils [les dirigeants du G8] vont écouter! » a lancé pour sa part Bob Geldof, qui avait déjà organisé en 1985 le concert Live Aid pour recueillir des fonds pour les victimes de la famine en Éthiopie.

Philadelphie, la foule la plus nombreuse

En France, une trentaine d'artistes, dont Placebo, The Cure et Florent Pagny, se sont produits à Versailles devant une foule évaluée à plus de 100 000 personnes.

En Russie, les Pet Shop Boys ont été les têtes d'affiche sur la place Rouge de Moscou. En Allemagne, 150 000 personnes se sont rassemblées à Berlin pour écouter, entre autres, le groupe de rock Die Töten Hosen.

Live 8 était aussi organisé à Rome, en Italie, où il a connu un demi-succès, probablement en raison de la canicule qui sévit dans cette partie du monde. Le groupe fétiche des années 1980 Duran Duran a interprété plusieurs de ses succès.

En Afrique du Sud, la participation a été moins importante que prévu: seulement 10 000 des 40 000 personnes attendues se sont présentées à l'événement, qui avait lieu à Johannesburg.

Elles ont notamment entendu l'ancien prisonnier politique et ancien président sud-africain Nelson Mandela. « Vaincre la pauvreté n'est pas un geste de charité. C'est un acte de justice. C'est la préservation d'un droit de l'homme fondamental », leur a-t-il dit.

Le plus grand concert a probablement eu lieu à Philadelphie, aux États-Unis, où près d'un million de personnes se sont déplacées pour entendre plusieurs artistes de la scène hip hop, ainsi que Stevie Wonder, tout de blanc vêtu.

« Nous sommes rassemblés pour faire notre déclaration d'interdépendance. Nous sommes tous dans le même navire », a déclaré l'acteur et rappeur Will Smith devant une reproduction de la déclaration d'indépendance américaine, à deux jours de leur fête nationale.

Au Canada, l'événement a attiré plus de 35 000 personnes à Barrie, au nord de Toronto.

L'événement s'inscrit dans le cadre de la campagne Make Poverty History (Abolissons la pauvreté), qui vise à obtenir le doublement de l'aide à l'Afrique, l'annulation de la dette des pays pauvres et l'abolition partielle des barrières douanières qui interdisent l'accès des produits africains aux marchés des pays riches.

Parallèlement à ces concerts, 200 000 personnes ont manifesté à Édimbourg, en Écosse.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.