•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mariage gai: Harper se met dans l'embarras

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2005 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Selon le chef conservateur, la loi autorisant le mariage entre conjoints de même sexe manquera de légitimité pour plusieurs Canadiens parce qu'elle sera adoptée grâce au Bloc québécois, un parti opposé au fédéralisme.

Le projet de loi controversé sur le mariage des conjoints de même sexe sera finalement adopté aujourd'hui aux Communes, après plusieurs mois de débats. Tard hier soir, le gouvernement a utilisé une procédure pour limiter le débat et forcer le vote final au plus tard ce soir. Le projet de loi sera devant le Sénat à la fin de juillet.

Hier, le chef conservateur Stephen Harper s'est attiré plusieurs critiques.

M. Harper met en doute la légitimité de la loi autorisant le mariage entre conjoints de même sexe parce qu'elle sera sans doute adoptée avec l'appui des souverainistes du Bloc québécois.

Les bloquistes avaient appuyé la prolongation de la session parlementaire au-delà du 23 juin si elle servait à l'adoption du projet de loi C-38.

« Parce que [le projet de loi officialisant le mariage gai] est uniquement en train d'être adopté grâce à l'appui du Bloc, je pense qu'il manquera de légitimité aux yeux de plusieurs Canadiens », a déclaré le chef conservateur, lundi après-midi, juste avant que ne débutent aux Communes les débats sur le projet. « La vérité, c'est que la plupart des députés fédéralistes s'opposeront à cette mesure. »

Ses propos ont provoqué une vague de réprobation.

« Stephen, prends des vacances, tu as besoin d'aller à la maison et de te détendre », a répliqué le député bloquiste Richard Marceau. Son chef, Gilles Duceppe, a pour sa part déclaré que le mandat des députés du Bloc québécois était légitime, tout comme les dirigeants libéral et néo-démocrate, Paul Martin et Jack Layton.

« Je pense que M. Harper est désespéré et son argument est totalement niaiseux », a de son côté déclaré le libéral Jean Lapierre.

Techniquement, le Bloc et le Nouveau Parti démocratique permettront au gouvernement libéral d'adopter le projet de loi C-38 aux Communes. Pas moins de 35 des 133 députés libéraux s'opposent au mariage homosexuel. Or, 47 des 54 élus bloquistes appuient le changement.

Politiquement, la déclaration de M. Harper risque de lui nuire au Québec, où il a pourtant multiplié les efforts, ces derniers mois, pour redorer le blason de son parti.

Les conservateurs baissent les bras

Deux députés conservateurs ont reconnu que leur parti ne pourrait pas bloquer l'adoption du controversé projet de loi.

« Je pense que le projet va être adopté », a déclaré le leader adjoint du Parti conservateur, Peter MacKay, au réseau d'information continue de CBC.

Même son de cloche du côté du leader parlementaire, Jay Hill, pour qui l'adoption du projet de loi est tout simplement « inévitable ». « Même si une trentaine de députés libéraux votent contre le projet de loi, nous ne serons pas assez nombreux pour le bloquer », a-t-il expliqué lors d'une entrevue publiée lundi par le quotidien The Globe and Mail.

M. MacKay a précisé que son parti essaierait toutefois de faire apporter des amendements au projet, appuyé par seulement quatre conservateurs. Les conservateurs veulent particulièrement faire clarifier le droit des églises, des autorités publiques et d'autres institutions religieuses à refuser de célébrer des unions de même sexe sans encourir des sanctions.

Huit provinces (excluant l'Alberta et l'Île-du-Prince-Édouard) et un territoire (Yukon) autorisent déjà le mariage entre conjoints de même sexe, mais le projet fédéral légaliserait ces unions dans tout le pays.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.