•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attentats meurtriers en Iran

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2005 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À moins d'une semaine de l'élection présidentielle iranienne, quatre attentats à la bombe font au moins 10 morts et 78 blessés à Téhéran et à Ahvaz, dans le sud-ouest du pays.

L'Iran a été secoué dimanche par une série d'attentats à la bombe, qui ont fait au moins 10 morts et 78 blessés à Téhéran et Ahvaz, dans le sud-ouest du pays. Le régime a imputé ces attaques à des groupes terroristes soutenus par les États-Unis pour empêcher le bon déroulement de l'élection présidentielle, qui doit se tenir vendredi prochain.

Quatre bombes ont d'abord explosé à quelques heures d'intervalle dans divers secteurs d'Ahvaz, capitale de la province pétrolifère du Khouzistan, à la frontière irakienne.

Ces attentats, qui ont sérieusement endommagé le bureau du gouverneur de la ville, le siège du département du logement et la maison du chef de la radio-télévision locale, ont fait au moins 8 morts et 75 blessés.

Quelques heures plus tard, une bombe a explosé dans une poubelle du centre de Téhéran. Deux personnes sont mortes et trois autres ont été blessées. Selon le ministère iranien de l'Intérieur, un autre engin a explosé dans l'après-midi à Téhéran, mais sans faire de blessés ou de dégâts.

Téhéran montre du doigt les États-Unis

Le régime iranien a aussitôt imputé ces attaques à des groupes terroristes basés en Irak, et soutenus par les Américains.

Selon un responsable gouvernemental, les attentats d'Ahvaz ont été revendiqués par le Front populaire et démocratique des Arabes d'Ahvaz. Ce groupe séparatiste proarabe, interdit en Iran, a déjà été mis en cause dans les troubles ethniques qui ont secoué cette ville.

Ahvaz a été le théâtre de violentes manifestations, en avril dernier, à la suite de rumeurs sur un projet gouvernemental d'implantation de non-Arabes dans la région du Khouzestan. Les Arabes, fortement majoritaires dans cette région, ne représentent que 3 % de la population iranienne.

Le responsable gouvernemental a ajouté que les Moudjahidines du peuple pourraient être impliqués dans l'attentat de Téhéran. Cette organisation marxiste et islamiste, principale opposition armée au régime islamique iranien, serait basée en Irak, dans une zone au nord de Bagdad sous le contrôle des forces américaines.

Depuis la chute de Saddam Hussein, Téhéran réclame que les Américains lui livrent les Moudjahidines du peuple.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.