•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

GES: objectif 5,3 mégatonnes en 2010

L'industrie automobile canadienne s'engage à réduire les émissions de gaz à effet de serre en faisant la promotion de carburants de remplacement et de véhicules hybrides.

Les promoteurs canadiens du protocole de Kyoto peuvent mieux respirer. Le gouvernement canadien a conclu une entente avec l'industrie de l'automobile, mardi à Windsor.

Les constructeurs automobiles se sont engagés à ramener les émissions des gaz à effet de serre de 5,3 mégatonnes d'ici 2010.

L'industrie entend mettre de l'avant des technologies de réduction de la consommation de carburant des véhicules, dont les groupes motopropulseurs hybrides. Elle fera également la promotion de l'utilisation des carburants de remplacement, comme l'éthanol, le diesel propre et le biodiesel.

L'utilisation de matériaux plus légers, une amélioration de l'aérodynamisme et l'utilisation de boîtes de vitesse à six rapports seront plus répandues afin de diminuer la consommation d'essence.

L'entente a symboliquement été conclue sur un site de l'Université de Windsor consacré aux technologies de l'automobile.

Un accord trop timide

Cette réduction est beaucoup trop timide pour certains environnementalistes.

« C'est une entente qui nous déçoit beaucoup, avance Steven Guilbault, directeur de la section québécoise de Greenpeace. On demande aux constructeurs automobiles une contribution de l'ordre de 2 % de l'effort de réduction dans l'atteinte des objectifs de Kyoto pour le Canada, alors que le transport routier représente 17 % des émissions. »

Les environnementalistes dénoncent aussi le fait qu'il s'agisse d'un programme volontaire. « C'est une montagne qui accouche d'une souris. Le programme canadien ce n'est pas l'ombre du programme californien », commente M. Guilbault.

Un point de vue partagé par le Bloc québécois et le NPD qui militaient en faveur de mesures obligatoires comme c'est le cas en Californie. Les partis d'opposition estiment que cette entente renforce l'impression que le gouvernement Martin improvise sans disposer d'une stratégie réelle et bien définie pour atteindre les objectifs de Kyoto.

Le ministre de l'Environnement, Stéphane Dion, a, par ailleurs, annoncé que l'ensemble des mesures du protocole de Kyoto seront présentées, mercredi prochain.