•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Michel Chartrand appuie les étudiants

Radio-Canada

La figure légendaire du syndicalisme québécois est allé encourager les étudiants membres de la CASSEE, réunis en congrès pour faire le point sur la mobilisation étudiante.

Réunie en congrès, la Coalition de l'Association pour une solidarité syndicale élargie (CASSEE) a reçu samedi l'appui du syndicaliste à la retraite Michel Chartrand. « Si c'est important d'étudier dans le monde moderne, c'est important que tout le monde puisse étudier », a-t-il lancé devant une cinquantaine de délégués étudiants.

L'homme de 89 ans a cautionné la stratégie de la CASSEE, ce regroupement étudiant aux positions et aux actions jugées radicales qui a récemment écarté des rencontres avec le ministre de l'Éducation Jean-Marc Fournier. « Faut faire ce que vous faites quand on pense qu'on est dans son droit », a-t-il défendu.

« C'est un point important dans l'histoire du Québec et dans l'histoire du mouvement étudiant. L'autre pas qu'il faut faire, c'est l'instruction gratuite, y compris dans les université! » a-t-il ajouté sous les applaudissements.

Michel Chartrand n'a pas hésité à qualifier la position du ministre Fournier de « vol ». « Le gars vient te voler dans ta poche, puis il te dit: « À c't'heure, on va négocier comment je te rembourse". C'est assez fort, hein? »

La CASSEE se réunissait pour faire le point sur la mobilisation étudiante à la suite de la transformation, par le gouvernement Charest, de 103 millions de dollars de bourses en prêts. Les militants comptent multiplier les coups d'éclats au cours des prochains jours et intensifier le mouvement de protestation.

« On va multiplier les occupations, on va multiplier les manifestations, les moyens symboliques, on va prendre la rue, on va se faire entendre », a déclaré Xavier Lafrance, porte-parole de la CASSEE.

Les étudiants prêts à rencontrer le ministre

Parallèlement, les représentants des autres associations étudiantes en grève se sont dit prêts à rencontrer en ce congé pascal le ministre de l'Éducation, Jean-Marc Fournier, s'il a une nouvelle proposition à leur faire pour dénouer la crise.

Le président de la Fédération étudiante universitaire, Pier-André Bouchard, estime que c'est au tour du ministre Fournier de faire les prochains pas, les étudiants ayant démontré leur aptitude au compromis. Le ministre Fournier a rejeté, jeudi, la proposition des étudiants d'étaler sur cinq ans les baisses d'impôt prévues cette année, afin de récupérer l'argent retranché dans le programme des bourses.

De son côté, la présidente de la Fédération des étudiants du collégial, Julie Bouchard, prévient que les étudiants ne bougeront pas sur leur revendication principale, à savoir la reconversion de 103 millions de dollars de prêts en bourses. Selon elle, il n'y a aucun essouflement chez les grévistes.

La FEUQ et la FECQ organisent une grande manifestation mercredi au parc Lafontaine, à Montréal, pour souligner le premier anniversaire de la réforme du régime de prêts et bourses.

« Carrément dans le rouge... »

Le carré rouge est devenu l'emblème des étudiants en grève. « Carrément dans le rouge, comme nos finances », disent les étudiants, qui le portent fièrement. Certains députés le portent même à l'Assemblée nationale.

Avant de devenir symbole de la lutte étudiante, le carré rouge a été celui de la lutte contre la réforme de l'aide sociale, l'automne dernier.

Depuis, les étudiants en sociologie de l'UQAM ont décidé qu'il deviendrait l'emblème de leur mouvement. Ils considèrent aussi qu'ils luttent contre la pauvreté.

Aucun thème sélectionné