•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une femme imam d'un jour

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2005 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Amina Wadud, une professeure d'études islamiques, a occupé la place d'imam pour la prière et le prêche du vendredi à New York.

Pour la première fois dans l'histoire de l'Islam, une femme, Amina Wadud, a bravé les interdits en dirigeant la prière et en livrant le prêche ce vendredi, à New York.

Amina Wadud, qui enseigne les études islamiques à l'université du Commonwealth en Virginie, aux États-Unis, a fait l'objet de menaces de mort pour l'empêcher de commettre ce que les tenants de l'Islam conservateur considèrent comme une hérésie.

Trois mosquées de New York ont refusé d'accueillir l'événement organisé par des militants favorables à une réforme du culte. Une galerie d'art s'était portée volontaire, mais a dû décliner à la suite de menaces d'attentats à la bombe.

Amina Wadud et quelque 150 personnes, hommes et femmes, ont finalement tenu l'office religieux dans une église épiscopale de Manhattan, la cathédrale St. John the Divine.

Un appel à plus d'égalité

L'universitaire, imam d'un jour, a dressé un réquisitoire sévère contre la place faite aux femmes dans l'Islam lors du prêche qui a suivi la prière: « La question de l'égalité est centrale, et les Musulmans ont malheureusement usé d'interprétations restrictives pour adopter des postures rétrogrades ».

Amina Wadud a illustré son propos en invoquant l'unicité de Dieu et de la création dans la religion musulmane, une référence sans équivoque, selon elle, à l'égalité entre les sexes.

De vives réactions

Une quinzaine de manifestants s'est massée à l'extérieur du lieu de prière à Manhattan, en guise de protestation, arguant que l'événement ternissait la foi islamique.

En dehors des États-Unis, le geste de l'universitaire a fait l'objet d'une large couverture, notamment dans les pays musulmans. Le grand cheikh de l'université d'Al-Azhar au Caire, une institution référence, a estimé qu'il n'était pas convenable pour les hommes de voir le corps d'une femme prosternée devant eux.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.