•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La grève étudiante gagne les universités

Radio-Canada

Répondant à l'appel au débrayage de la FEUQ, les étudiants de plusieurs départements de l'Université Laval à Québec se joignent aux 70 000 cégépiens déjà en grève.

Loin de ralentir, le mouvement de grève étudiant a commencé à s'étendre jeudi aux universités.

Ainsi, à l'Université Laval, 650 étudiants des départements de sociologie, d'anthropologie, d'histoire et de théâtre ont répondu à l'appel de la Fédération étudiante universitaire (FEUQ) et ont débrayé.

Ils se joignent ainsi aux 70 000 étudiants déjà en grève dans la province pour dénoncer les compressions de 103 millions de dollars dans le programme des prêts et bourses.

Au moins 500 autres étudiants de science politique et de biologie pourraient également débrayer prochainement. Quelque 55 % des étudiants de l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) ont déjà voté en faveur d'un débrayage de trois jours.

Québec rompt le dialogue avec la CASSEE

Mercredi soir, le ministre de l'Éducation, Jean-Marc Fournier, a rompu le dialogue avec la Coalition de l'Association pour une solidarité étudiante élargie (CASSEE), parce que ses représentants ont refusé de condamner les actes de violence commis plus tôt par des manifestants au bureau de comté du ministre Fournier, à Châteauguay.

Au terme d'une rencontre avec les représentants de la coalition, M. Fournier a indiqué qu'il ne pouvait pas discuter avec des gens « qui choisissent la confrontation », tout en appelant les leaders qui s'opposent à la violence à se faire entendre.