•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Policiers abattus: le pays secoué

Radio-Canada

C'est la consternation au pays au lendemain de la tuerie qui a coûté la vie à quatre agents de la GRC, dans le nord-ouest de l'Alberta.

Les résidents de Mayerthorpe, en Alberta, sont sous le choc après la tragédie qui a coûté la vie à quatre jeunes agents de la GRC. Ils ont été abattus jeudi, lors d'une opération antidrogue dans ce qu'ils soupçonnaient être une plantation de marijuana, à environ 130 kilomètres au nord-ouest d'Edmonton.

Le propriétaire de la ferme, James Roszko, armé d'une carabine de fort calibre, aurait ouvert le feu sur les agents, qui auraient répliqué. M. Roszko est également mort, mais les circonstances demeurent nébuleuses.

Un cinquième agent, qui se trouvait dans le secteur dans le cadre d'une enquête distincte, a découvert les cadavres peu après. Il s'agit de la pire tuerie impliquant des policiers de la GRC depuis 1885.

Les drapeaux en berne

Vendredi, la police fédérale a publié les noms des quatre agents dans un communiqué.

Il s'agit de Peter Christopher Schiemann, 25 ans, Anthony Fitzgerald Orion Gordon, 28 ans, Lionide Nicholas Johnston, 34 ans et Broack Warren Myrol, 29 ans.

L'émotion est d'autant plus vive que les victimes étaient très impliquées dans les événements communautaires.

Les drapeaux sont en berne dans le village de 1600 habitants. Plusieurs d'entre eux ont déposé des fleurs au pied du mât du détachement régional de la GRC.

Le maire Albert Shaulm s'est dit réconforté par la vague de soutien qu'il a reçue, aussi bien des communautés voisines que des premiers ministres de l'Alberta et du Canada.

Le premier ministre du Canada, Paul Martin, lui a téléphoné pour lui présenter ses condoléances au nom de la population canadienne.

Les drapeaux des bureaux de la Gendarmerie royale du Canada sont en berne, partout au pays.

Une « perte sans précédent »

Visiblement secouée, la ministre fédérale de la Sécurité publique, Anne McLellan, a promis de renforcer la lutte contre la culture illégale de marijuana au pays.

Mme McLellan a salué le travail et le dévouement de ces « quatre braves serviteurs de l'ordre public ». Elle a poursuivi en disant que ses pensées et ses prières vont aux familles des victimes.

Dans une déclaration écrite, le premier ministre Paul Martin a aussi offert ses condoléances aux proches des disparus, et a souligné que les Canadiens étaient outrés par la brutalité de cet événement.

Pour sa part, le commissaire de la GRC, Giuliano Zaccardelli, a parlé d'une « tragédie sans précédent ». Il ajouté que le métier de policier était toujours dangereux mais que ce drame n'allait pas entraver la détermination des policiers à accomplir leurs tâches.

Le premier ministre de l'Alberta, Ralph Klein, s'est dit attristé qu'une telle tragédie ait pu se produire dans cette petite collectivité.

Selon M. Klein, il s'agit peut-être d'un signe que les criminels souhaitent maintenant s'éloigner des grands centres pour mener leurs activités sans se faire remarquer.

Stephen Harper appelle à la modération

Le chef de l'opposition aux Communes, Stephen Harper, qui a déploré la mort des quatre agents de la GRC, a toutefois prévenu les Canadiens contre la tentation de réclamer des actions immédiates et radicales à la suite d'une tragédie comme celle-ci.

Soulignant qu'il n'y a à son avis aucun monde assez sécuritaire pour empêcher de tels crimes, M. Harper a conclu que le travail des policiers était risqué et qu'ils devaient malheureusement composer régulièrement avec des individus déséquilibrés et dangereux.

L'ACPP réclame des peines et des lois plus sévères

À l'Association canadienne de la police professionnelle, on dénonce les lois canadiennes jugées trop permissives en matière de crimes reliés au trafic de drogue.

Le président de l'ACPP, Tony Cannavino, a aussi exhorté le gouvernement fédéral à voter des lois plus sévères et dissuasives pour endiguer le fléau que constituent la drogue et le crime organisé au pays.

Selon lui, les trafiquants de drogue reçoivent trop souvent des sentences légères en regard de la gravité de leurs crimes.