•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'UNICEF réprimande le Canada

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2005 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dans un rapport publié mardi, l'organisme déplore le peu d'efforts consentis par le gouvernement pour lutter contre la pauvreté des enfants, en dépit des promesses.

Dans un rapport publié mardi, le Fonds des Nations unies pour l'enfance souligne le peu de progrès enregistré en ce qui concerne la pauvreté des enfants canadiens.

La directrice des politiques sociales et économiques au Centre international de recherches Innocenti de l'UNICEF, Eva Jespersen qui a rédigé le document, se montre très sévère envers le gouvernement.

Elle souligne que « depuis 1990, le déclin de la pauvreté infantile au Canada a été négligeable, seulement 0,4 % ». Or, elle rappelle qu' « en 1990, au moment du Sommet mondial pour les enfants, le Canada a annoncé qu'il voulait éliminer la pauvreté infantile avant l'an 2000 ».

Le Canada n'a pas assez agi

Evelyne Guindon, directrice générale d'UNICEF Québec, estime pour sa part que « les efforts déployés par les pouvoirs publics au cours des 15 dernières années n'ont malheureusement pas été assez vigoureux. Par conséquent, une génération de jeunes Canadiens a vécu leur enfance (sic) dans la pauvreté, attendant que nous respections notre engagement de 1990, et nous n'avons pas encore accompli de progrès significatifs ».

Le Canada vient au 19e rang des 26 pays industrialisés de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), selon l'étude.

David Agnew, président d'UNICEF Canada, et Evelyne Guindon trouvent « inacceptable » que le Canada se retrouve dans le tiers inférieur des pays membres de l'OCDE en matière de pauvreté infantile.

Ils soulignent aussi que le Canada fait partie des pays qui mettent le moins de politique en oeuvre pour réduire cette pauvreté. La Grande-Bretagne, par exemple, a également promis de s'attaquer à la pauvreté au cours des années 1990. Selon eux, elle a fait un bien meilleur travail que le Canada. « La différence, c'est que l'engagement britannique s'est traduit par des objectifs et des définitions précises et mesurables », explique le responsable d'UNICEF Europe, M. O'Brien. « Le Canada est loin d'en avoir fait autant », estime-t-il.

Un bilan global inquiétant

Selon le rapport, la proportion d'enfants pauvres a augmenté depuis le début des années 1990 dans 17 des 24 pays riches étudiés. De 40 à 50 millions d'enfants grandiraient dans la pauvreté même si leur pays se retrouve parmi les plus riches au monde.

Le Danemark et la Finlande sont les pays les plus performants avec des taux de pauvreté infantile de moins de 3 %.

Le Canada est 19e avec un taux de 14,9 %.

Les États-Unis (21,9 %) et le Mexique (27,7 %) occupent les deux derniers rangs du classement.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.