•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Premier cas de chèvre folle

Radio-Canada

La commission européenne confirme qu'une chèvre abattue en France en 2002 était porteuse de l'encéphalopathie spongiforme bovine, la maladie dite de la vache folle.

La maladie de la vache folle a été identifiée, pour la première fois, chez une chèvre.

La Commission européenne a confirmé, vendredi, qu'une chèvre, abattue en France en 2002 avait contracté l'encéphalopathie spongiforme bovine.

Les chercheurs jugeaient possible qu'un animal, autre qu'un bovin, puisse contracter la maladie, mais c'est la première fois que le phénomène est observé.

Le troupeau de 300 têtes auquel appartenait l'animal malade avait aussitôt été abattu et retiré de la chaîne alimentaire. En France, le cheptel compte 1 200 000 chèvres.

L'alimentation des ruminants au moyen de farines de viande et d'os est généralement considérée comme le vecteur de transmission de l'ESB. La Commission européenne a souligné que l'interdiction de nourrir l'ensemble des ruminants avec des farines animales a été étendue à tous les animaux d'élevage en janvier 2001.

Bruxelles propose toutefois d'intensifier les tests pour déterminer si le cas confirmé vendredi est un incident isolé ou non.

Le délai entre l'abattage de la chèvre et la confirmation de sa contamination s'explique par le fait que les tests comportaient un essai biologique sur souris qui demande deux ans.

Trois autres cas suspects sont actuellement en dernière phase d'examen.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.