•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Huntingdon: la Ville passe à l'action

Radio-Canada

Sur la proposition du maire, la municipalité Huntingdon, au sud-ouest de Montréal, décide d'acheter les cinq usines de Cleyn & Tinker qui doivent fermer leurs portes sous peu.

La municipalité d'Huntingdon a décidé d'acheter, pour 1,5 million de dollars, les cinq usines de l'entreprise américaine Cleyn & Tinker, qui doivent fermer leurs portes en juin.

Le conseil municipal a voté jeudi soir à l'unanimité en faveur de la proposition du maire, Stéphane Gendron. « Ça a été un vote sans exception », a-t-il dit au Réseau de l'information, vendredi matin.

Stéphane Gendron a négocié seul, et en secret, avec les propriétaires des cinq usines.

Trois semaines auront suffi pour parvenir à un accord.

Le maire estime que la Ville fait une très bonne affaire. « Ça coûterait 40 millions de reconstruire un parc industriel semblable », explique-t-il. Il couvre une superficie de plus de 1,1 million de pieds carrés.

Grâce à cette acquisition, la Ville entend relancer l'économie de Huntington. Elle souhaite attirer sur le site des manufactures génératrices d'emplois, plutôt que de voir s'installer des entrepôts ne demandant pas de main d'oeuvre. Selon lui, le fait de posséder le parc va permettre à la municipalité de contrôler le développement économique.

Stéphane Gendron espère aussi ouvrir un incubateur d'entreprises pour favoriser la création de « jeunes pousses ».

Le maire affirme avoir déjà reçu une cinquantaine de propositions d'affaires.

La Ville va posséder les usines pendant six ans. Ensuite, Huntingdon prévoit vendre les locaux pour récupérer son investissement.