•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Controverse autour du drapeau canadien

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2004 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Libéraux et conservateurs rivalisent d'ardeur dans l'envoi de drapeaux canadiens à Richmond, au Québec, après le refus d'un député du Bloc de fournir des drapeaux à la Légion canadienne locale.

Une nouvelle controverse vient d'éclater à Ottawa, autour du drapeau canadien.

Les députés ont fortement critiqué l'attitude du député bloquiste de Richmond-Arthabaska, André Bellavance, qui a refusé de remettre des drapeaux canadiens à un ancien combattant de sa circonscription, Bruno Lavoie, en prévision des cérémonies du jour du Souvenir, le 11 novembre. « C'est une vraie insulte », a commenté M. Lavoie.

André Bellavance a justifié son refus en alléguant que, comme souverainiste, il n'avait pas à faire la promotion du fédéralisme. Un geste qualifié de mesquin par plusieurs libéraux, dont Paul Martin.

Le premier ministre a affirmé qu'il était inacceptable qu'on puisse « jouer à la politique avec des vétérans qui se sont sacrifiés pour leur pays ».

M. Martin a annoncé qu'il avait demandé, « comme gouvernement et comme parti », l'envoi de drapeaux canadiens à M. Lavoie.

La ministre du Patrimoine, Liza Frulla, a demandé au Bloc québécois de lui remettre ses drapeaux, qu'elle se propose de faire parvenir à la Légion canadienne de Richmond.

Quant au ministre des Transports, Jean Lapierre, il a parlé d'un « total manque de classe » de la part du Bloc.

Stephen Harper à Richmond

Le chef du Parti conservateur, Stephen Harper, a décidé, quant à lui, de se rendre en personne à Richmond, samedi, pour remettre des drapeaux aux membres de la Légion canadienne locale.

« Le Bloc québécois n'a pas de problème avec le drapeau canadien quand ils reçoit des chèques du gouvernement fédéral », a ironisé le chef conservateur.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.