•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Radio-Canada

Le 27 octobre 2004

Le drame qui se joue au Soudan, le plus grand pays d'Afrique, est directement lié à la composition ethnique du pays.

Pour comprendre ce qui s'y passe, il faut remonter au 15e siècle. Des Arabes, venus d'Égypte, s'installent alors au Soudan et repoussent vers le sud les populations noires, de tradition chrétienne ou animiste.

Même si les populations noires et arabes se sont beaucoup mélangées depuis ce temps, la distinction demeure. Au Nord, les populations sont musulmanes, et s'identifient au monde arabe. Au Sud, les populations sont noires, et sont souvent méprisées par les Soudanais du Nord.

La province du Darfour est située dans l'ouest du Soudan. Les deux populations s'y côtoient, mais dans un climat de guerre civile quasi permanent depuis le début des années 80. Au coeur du conflit, l'accès à l'eau, un problème particulièrement criant parce que le Darfour vit une grande sécheresse depuis une vingtaine d'années.

En 2003, la population noire du Soudan se révolte; mais le gouvernement central soudanais - un gouvernement islamiste - réagit violemment. On l'accuse d'avoir recruté des miliciens au sein des tribus arabes du Darfour, les janjawids.

Ils auraient commis les pires atrocités envers les Noirs, détruisant des villages complets, massacrant la population et violant les femmes. D'où les accusations de génocide.

En conséquence, des centaines de milliers de personnes fuient leur domicile et s'entassent dans des camps de réfugiés soudanais ou tchadiens, où ils souffrent de malnutrition.

Le 18 septembre, le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté une résolution menaçant le gouvernement soudanais de sanctions pétrolières s'il ne respectait pas son engagement de restaurer la sécurité au Darfour.

Et le 21 octobre, le gouvernement de Khartoum et les rebelles du Darfour ont entrepris, sous l'égide des Nations unies, des pourparlers de paix à Abuja, au Nigéria.

D'après un reportage de Dominique Poirier et Hélène Tainturier, Le Point, 22 septembre 2004

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.