•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dominic Champagne: l'heureux élu

Radio-Canada

L'homme-orchestre appelé à créer le mégaspectacle consacré aux Beatles à Las Vegas lève le voile sur ce projet unique.

Dominic et le cirque Depuis l'adolescence, Dominic Champagne nourrit une fascination pour le cirque. À 20 ans, bourlingueur sans le sou en Europe, il se retrouve garçon de piste dans un cirque italien installé à Athènes! « Ça me poursuit », dit celui qui vient de monter Circus minimus (Nouvelle fenêtre), pièce intimiste à l'affiche à Montréal. À l'autre extrémité du spectre circassien se trouvent le grandiose Varekai, première commande du Cirque du Soleil, et le cabaret érotique Zumanity, copiloté avec René Richard Cyr.

Dominic à Abbey Road « Je réalise ma chance », avoue Dominic Champagne, appelé à créer pour 2006 un spectacle consacré aux Beatles. Fort conscient de la pression qui repose sur ses épaules, il ajoute : « Je le fais avec beaucoup d'humilité et, en même temps, j'ai envie d'être à la hauteur de ce qu'ils ont pu provoquer chez moi et chez tout le monde. » Car le veinard a le privilège de travailler directement avec le clan, a été reçu à Abbey Road... « J'en avais les larmes aux yeux », dit-il.

Dominic nostalgique « J'ai une nostalgie des années 60 », raconte celui qui n'a pas connu cette décennie réputée dorée et insouciante. Pour sa production, il a la ferme intention de se laisser porter par l'univers « fou, coloré, très riche, porteur d'amour » des Beatles . Fan de toujours, il ne souhaite toutefois pas accoucher d'« un show platement muséologique, d'un hommage. » Avec les Beatles et le Cirque du Soleil, il ambitionne de créer un spectacle 100 % original.

Dominic et compagnie Le mégaspectacle censé garder l'affiche pendant 35 ans à l'hôtel Mirage de Las Vegas le tiendra plutôt loin de sa propre compagnie, Il va sans dire, jusqu'en 2006. Mais fondée voilà 20 ans, elle restera toujours « mon refuge, mon lieu de création, mon nid à moi ». Reste qu'après avoir impressionné Ringo, Paul, Yoko et compagnie, on ne serait pas étonné de voir surgir une mise en scène à petite échelle signée Dominic Champagne, à saveur... circassienne. Il va sans dire!

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.